La Petite Aurore, l'enfant martyre

Billets

En présence de l'actrice Yvonne Laflamme

Aurore, une fillette de 13 ans, vient de perdre sa mère, à laquelle elle était attachée. Son père se remarie avec celle qui avait veillé sur sa femme moribonde. Au début, tout va bien. Aurore s’entend bien avec son demi-frère de son âge et s’occupe du nouveau bébé du couple. Mais la belle-mère d’Aurore est jalouse de la tendresse que lui porte son père et craint que celle-ci ne révèle de terribles secrets sur la mort de sa mère. Réelle psychopathe tortionnaire et manipulatrice, elle terrorise et maltraite Aurore durant les fréquentes et longes absences du père. D’abord affublée d’une horrible coupe de cheveux, Aurore sera graduellement privée de nourriture, battue, brûlée, puis forcée à boire de la lessive et manger du savon. Le corps de la petite agonisante sera retrouvé par le prêtre du village, le médecin de famille, la voisine placoteuse et le père, qui réalisera trop tard ce qu’il aurait dû voir.

Ce mélodrame est probablement le premier film culte de notre cinéma national et l’un des premiers grands succès du cinéma québécois. LA PETITE AURORE, L'ENFANT MARTYRE fut tourné en 1952 par Jean-Yves Bigras. L’histoire véridique d’Aurore Gagnon avait frappé l’imaginaire de la province en 1920. Ce fait divers fut non seulement une nouvelle à fort tirage, mais il fut rapidement adapté au théâtre dès 1922 dans "Aurore, l’enfant martyre" de Léo Petitjean et Henri Rollin. Cette pièce mettait à l’origine en vedette Manda Parent dans le rôle de la petite Aurore. Grand succès jusque dans les années 1950, cette histoire scabreuse fut finalement transposée à l’écran. À sa manière, le film soulève la question de la responsabilité collective dans une communauté ou une maltraitance est connue ou fortement soupçonnée. Ce film nous fait notamment découvrir Janette Bertand et Jean Lajeunesse dans leurs premiers rôles à l’écran. Mais les plus psychotroniques d’entre vous connaissez les charmes réels de cette production. La bande sonore « composée et jouée à l’orgue par Germaine Janelle », la mise en scène minimaliste, des textes souvent débités par cœur et des R qui roulent dans des répliques cultes comme « Aurrrorrre, pleurrre pah. Des cheveux, ca r’rrpousse vite, t’sais.» Vous l’aurez compris, LA PETITE AURORE, L'ENFANT MARTYRE en copie restaurée en 4K est un film à voir et à revoir en groupe. Mais le réel événement est que le film sera présenté en présence d’Yvonne Laflamme, l’Aurore du film.

– Marc Lamothe

Re/MAX Sponsors