Assholes

Première Québécoise
Billets

En présence du réalisateur/scénariste/acteur Peter Vack

GAGNANT : Prix Hörnblowér Adam Yauch, SXSW 2017
Sélection officielle : Festival du film underground de Calgary 2017, Festival international du film fantastique de Bucheon 2017

“One of the most disgusting movies ever made.” - David Ehrlich, INDIEWIRE

“About as risky and experimental as they come” - Heather Wixson, DAILY DEAD

Êtes-vous intrépide? Aimez-vous tester vos limites? Et votre réflexe nauséeux? Adorez-vous les films qui traumatisent les autres? Eh bien, si vous cherchez un film qui baisse ses culottes devant la bienséance, le bon goût et même le visage des gens, ASSHOLES est parfait pour vous. Décrit par un critique comme un croisement entre SALÒ OR THE 120 DAYS OF SODOM et THE SQUID AND THE WHALE, ce film est un voyage dans le cul des ténèbres qui n’a pas peur de se salir.

Le récit tourne autour de trois jeunes égocentriques qui combattent l’ennui à grands coups de drogue, de thérapie et de soupers en famille. Joué par le scénariste et réalisateur Peter Vack (CBGB, LACE CRATER, et M.F.A., aussi présenté au festival cet été), Adam est trop occupé à se geler la face pour se rendre compte que sa nouvellement sobre sœur Adah (Betsey Brown, qui est vraiment la sœur de Vack dans la vie) cherche désespérément à attirer son attention et celle de ses parents, en plus de l’attention sexuelle de n’importe qui, comme elle l’explique à son psy. Désespérément en manque, elle couche avec le meilleur ami d’Adam, Mark (Adam Dunphy), dont l’obsession anale atteint littéralement de nouvelles profondeurs de perversion. Réalisant leurs fantasmes respectifs alors qu’ils sont couverts de hideuses lésions herpétiques, leur plaisir rectal atteint son paroxysme lorsque Adah met bas avec ses fesses à un démon joué par Eileen Dietz (le visage de Pazuzu dans THE EXORCIST)! ASSHOLES ne fait que devenir plus étrange, dégueulasse, et absurdement Cronenbergesque à partir de là. Moquerie hilarante et répugnante des milléniaux, ce film incroyablement courageux pousse l’audace jusqu’à faire jouer les parents d’Adam et Adah par les vrais parents de Vack et Brown. « Faut le voir pour le croire » n’a jamais été une expression aussi appropriée.

- Traduction : Kevin Laforest

Re/MAX Sponsors