Billets

Agonie

Première Nord-Américaine
Sélection officielle : Festival de Berlin 2016

“Impressive... a memorable melange of fury and early onset melancholia for Europe’s struggling youth” - Jaimey Fisher, SENSES OF CINEMA

Deux jeunes hommes ordinaires habitant la ville de Viennes. Christian vit avec sa mère et étudie pour devenir juge. Alex, quant à lui, alterne son temps entre le gymnase et les boîtes de nuit. Le premier songe constamment à son avenir, le second souhaiterait fuir un présent dans lequel il étouffe. Séparés par des classes sociales opposées, ni l’un ni l’autre ne se connaissent. Rien n’indique non plus qu’ils seront un jour menés à se croiser. N’en demeure pas moins qu’ils ont plusieurs points en commun. Ils aiment faire la fête et prendre un coup avec leurs potes, et ils espèrent trouver l’âme sœur. Ils partagent également un certain mépris envers les adultes, tout particulièrement leurs parents. Et il y a ce vide, ce vide qui les ronge silencieusement et qu’ils ne savent combler. Un trou dans l’âme qui se transforme en une incontrôlable violence à laquelle l’un d’entre eux cèdera. Par un matin gris, il commettra un meurtre au premier degré. Avec un simple couteau de cuisine, il poignardera un être cher et découpera ensuite sa dépouille. Une fois mis en état d’arrestation, il avouera n’avoir aucun motif. Il devait le faire, voilà tout. Voici l’histoire d’Alex et Christian.

Inspiré de faits véridiques, AGONIE prend la forme d’une enquête tétanisante sur la jeunesse d’aujourd’hui. Avec une mise en scène volontairement froide, le réalisateur David Clay Diaz suit pas à pas le quotidien de deux individus sur le point d’imploser. Il garde cependant une distance envers ses personnages, qu’il observe au lieu de tenter d’éclaircir les raisons derrière un crime sur le point de se produire. Évoquant le cinéma de Michael Haneke, AGONIE va bien au-delà du simple exercice de style. Chaque plan, calculé avec une précision chirurgicale, témoigne d’une maîtrise indéniable de la mise en scène. Un premier film qui saisit par la gorge en exposant notre part d’ombre.

— Simon Laperrière

Sponsors