Billets

Antibirth

Première Canadienne
Sélection officielle : Sundance 2016, Festival du film underground de Boston 2016, Festival international du film de Dallas 2016

“An entertaining grossout riff on Cronenberg-style body horror, featuring a great performance from Lyonne” – Jordan Hoffman, THE GUARDIAN

“A twisted perspective on the extremities of drug abuse” – Justin Lowe, THE HOLLYWOOD REPORTER

“Gross as hell” – Fred Topel, BLOODY DISGUSTING

Tout commence lors d’une nuit glaciale au fin fond d’un trou paumé de l’état du Michigan. Lou (Natasha Lyonne) et son amie Sadie (Chloë Sevigny), bourrées et sous l’influence de nombreuses drogues non identifiées, dansent autour d’un feu. Lou se réveille le lendemain avec une bien malheureuse amnésie et un léger problème de conception, qui semblerait même immaculée. Sa maison mobile en ruine est très révélatrice de son caractère, un bordel toxique. Nul besoin de préciser que Lou n’est pas une fille ordinaire, mais plutôt une version féminine du Dude qui aime fumer du pot, pisser et regarder l’émission télé MANIMAL. Bref, être enceinte n’est pas l’idéal pour elle. Alors qu’elle grossit à une allure étrangement rapide, elle rencontre Lorna (Meg Tilly), une obsédée des théories du complot, qui l’aidera à éclairer le mystère de sa grossesse. Mais plus elle tente de se souvenir, plus le mystère s’épaissit.

Pour son premier long métrage, l’artiste visuel et cinéaste expérimental Danny Perez livre une interprétation originale de la comédie d’horreur. Jouant habilement avec les codes du genre, il mélange des images colorées et une conception sonore tordue avec le décor gris de son histoire extraordinaire et démente. Natasha Lyonne (la nana cool dans AMERICAN PIE, plus récemment vue dans le petit dernier de Kevin Smith, YOGA HOSERS), donne vie à un personnage unique. Si Lou est loin d’être une demoiselle bien élevée, elle n’en est pas moins une femme vulnérable. Lyonne lui donne cette profondeur, à la fois drôle et touchante, et même par moments tragique. Cette expérience cinématographique hallucinante vous fera vous écrouler de rire tout en vous faisant trembler de peur. Et pour ce qui est de la séquence finale, rien ne peut vous y préparer.

— Celia Pouzet

Sponsors