Billets

Superpowerless

Première Mondiale
En présence du réalisateur et coscénariste Duane Andersen et des acteurs Josiah Polhemus et Amy Prosser


Superpowerless Trailer from Duane Andersen on Vimeo.


Il fut un temps où Bob régnait en maître sur sa ville. Ayant découvert très tôt qu’il possédait des pouvoirs surnaturels, il a suivi l’exemple des héros de bandes dessinées en mettant ce don au service de la justice. Cette vocation a fait de lui un surhomme craint de ses ennemis et admiré par les honnêtes citoyens. Digne d’une légende, il pourchassait sans relâche les criminels avec le sourire aux lèvres. Aujourd’hui, Bob n’est plus que l’ombre de lui-même. Comme pour plusieurs, il est frappé par les remises en question propres à la crise de la quarantaine. La différence est que cette période difficile correspond avec la perte tragique de ce qui faisait de lui un être extraordinaire. Sa force dantesque l’a quitté, tout comme sa résistance aux coups. Ayant mis son costume au placard, il erre sans but dans les rues qu’auparavant il protégeait et s’assomme à l’alcool sous le regard inquiet de sa conjointe Mimi. Lorsqu’un ancien acolyte de Bob publie ses mémoires, cette dernière l’empresse de mettre sur papier son parcours exceptionnel. Une expérience d’introspection qui permettra à Bob de revenir sur son passé et d’enfin obtenir le repos du guerrier qu’il recherche.

Alors qu’un certain Zack s’est récemment cassé la gueule avec une mégaproduction débile, SUPERPOWERLESS de Duane Andersen pose un regard novateur sur la figure du super-héros. Délaissant les scènes d’action, il dépeint avec humour et sincérité le portrait d’un individu déchu en quête d’un sens à sa vie. Les tourments de Bob sont incarnés avec brio par Josiah Polhemus, un acteur de talent dont la simple présence suffit pour arracher quelques larmes. Se moquant allègrement des codes du genre, SUPERPOWERLESS est avant tout une histoire inspirante sur la puissance qui sommeille en chacun de nous. Vous allez croire qu’un homme peut voler, s’effondrer et se relever.

— Simon Laperrière

Sponsors