Billets

Seoul Station ("Seoulyeok")

Première Canadienne
Sélection officielle : Festival international du film d'animation d'Annecy 2016, Festival du film asiatique de New York 2016

« Seoul Station est un grand film social tout autant qu’un excellent film de zombies » — Yannik Vanesse, EASTASIA


Seoul Station from Festival Fantasia on Vimeo.


Comme à chaque crépuscule, plusieurs itinérants s'agglutinent à la gare de Séoul en quête d'un abri où dormir. L'un d'entre eux semble pourtant plus mal en point qu'à l'habitude. Constatant la trace de morsure qu'il porte au cou, son ami part chercher du secours, mais ne parvient qu'à attirer les commentaires méprisants, voire haineux. Au même moment, la jeune Hae-sun quitte l'appartement de son copain Ki-woong lorsque celui-ci tente de la forcer à se prostituer. Complètement désemparée et trop honteuse pour contacter son père, elle se rend à la gare de Séoul afin d'y passer la nuit. Alors qu'elle explore craintivement les couloirs de la station, une horde d'itinérants enragés se rue vers elle, attaquant sauvagement quiconque se retrouve sur sa route. Avec l'aide d'un vieil homme déluré, Hae-sun s'échappe de justesse, entamant ainsi une fuite incessante à travers cette fulgurante invasion de morts-vivants. Pendant ce temps, Ki-woong et Suk-gyu, le père de Hae-sun, parcourent la ville infestée dans le but de la retrouver. Une telle nuit d'horreur donne tout son sens au terme « sans-abri » et en période de crise, les humains peuvent s'avérer bien plus menaçants que des centaines de zombies.

Après s'être attaqué à l'intimidation scolaire, à la religion et à la corruption dans ses précédents longs métrages THE KING OF PIGS (Prix Satoshi Kon à Fantasia 2013) et THE FAKE, deux œuvres ancrées dans la réalité, le réalisateur et scénariste Yeon Sang-ho s'aventure sur le terrain du cinéma d'horreur avec SEOUL STATION. Si cette première incursion dans le film de zombies suit avec une certaine fidélité les règles du genre établies par le grand George A. Romero, elle reste une œuvre typique de Yeon portée par son regard virulent sur les inégalités sociales, son style d'animation davantage au service de l'émotion que de l'esthétisation et sa vision sombre de la bête humaine. Le résultat s'avère à la fois électrisant, notamment la poursuite hallucinante à la gare de Séoul, et prenant, grâce entre autres à son dernier acte bourré de revirements déchirants. Avec ses magnifiques mouvements de caméra révélant l'étendue de la menace morte-vivante et les stars Ryu Seung-ryong (THE PIPER) et Shim Eun-kyung (MISS GRANNY) qui prêtent leur voix aux personnages écorchés vifs du récit, SEOUL STATION plaira autant aux passionnés de films de zombies qu'aux amateurs de cinéma d'animation qui aiment sortir des sentiers battus.

— Nicolas Archambault

Sponsors