Billets

Embers

Première Canadienne
Gagnant : Prix du jury - long métrage de fiction, Festival du film de la Nouvelle-Orléans 2015

“Utterly humane sci-fi at its most soul stirring” - Ben Umstead, TWITCHFILM

“The best science fiction discovery of the year” - Eric Kohn, INDIEWIRE


Deux individus s’éveillent sur le matelas sale d’une chambre mal famée. Ils ignorent comment ils ont abouti dans cette pièce ni pourquoi ils se trouvent réciproquement en compagnie d’un inconnu. À vrai dire, ils ne se souviennent de rien, pas même de leur nom. Depuis l’Apocalypse, un mal étrange a privé l’humanité de sa mémoire. Les derniers survivants errent sans but, l’esprit atteint d’une amnésie si grave qu’il leur est impossible de se rappeler ce qu’ils ont bien pu faire la journée précédente. Quelque chose laisse cependant présager qu’un lien unit les deux étrangers. Ils portent au bras le même ruban bleu, la preuve hypothétique d’un passé commun. Pendant ce temps, ailleurs, un enfant traversant un pays ravagé fait la rencontre d’un curieux scientifique. Épargnée de la perte psychique du monde extérieur, une jeune femme se prépare quant à elle à fuir le bunker qui la protège et à définitivement perdre ce qu’elle a de plus précieux.

EMBERS de la nouvelle venue Claire Carré est une œuvre rare. Sobrement réalisé, ce film choral se tourne vers la science-fiction afin d’explorer les fondements de la nature humaine. Avec la même justesse que José Saramago, le scénario de Carré et Charles Spano imagine des situations surnaturelles auxquelles on s’identifie sur-le-champ tellement elles s’avèrent crédibles. Cette fresque tranquille réussit également à faire rire tout en faisant planer un impalpable climat de mystère qui vous ensorcellera longtemps après la séance. Le véritable talent de Carré réside d’ailleurs dans cette sensibilité à créer des personnages plus grands que nature dont le moindre geste, la moindre parole, semblent porteurs d’un sens caché. Ayant déjà présenté son premier long métrage à Slamdance, il est à parier que cette réalisatrice sera prochainement reconnue comme l’une des voix les plus prometteuses du cinéma indépendant américain. Impossible à oublier, le sublime EMBERS tient tout simplement du miracle.

— Simon Laperrière

Sponsors