Billets

Kiyamachi Daruma

Première Canadienne
  • Japon
  • 2015
  • 116 mins
  • DCP
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle : Festival du film asiastique de New York 2016


Kiyamachi Daruma from Festival Fantasia on Vimeo.


Shigeru Katsuura (Kenichi Endo) était jadis au sommet. En tant que chef du clan de yakuza de Kiyamachi à Kyoto, il régnait sur son domaine avec assurance. Maintenant, il est à son plus bas, forcé de ramper sur le sol — littéralement! – en tant qu’agent de recouvrement de dettes! Amputé de tous ses membres à la suite d’un incident survenu cinq ans plus tôt, Katsuura survit aujourd’hui grâce à l’aide vitale de son partenaire Sakamoto (Masaki Miura). Utilisant son corps pour effrayer, intimider ou embarrasser les gens — et ainsi les forcer à payer — ses méthodes sont si efficaces qu’elles lui ont mérité le surnom de « daruma de Kiyamachi ». Les contrats s’empilent et une vie passée à faire du mal à autrui devient de plus en plus lourde à porter, d’autant plus que les circonstances exactes de l’incident lui aillant coûté sa dignité deviennent soudainement claires…

Si vous cherchiez une excellente variante du film de yakuza, ne cherchez pas plus loin : voici KIYAMACHI DARUMA d’Hideo Sakaki, adapté du roman éponyme de Hiroyuki Maruno, jugé trop controversé pour être publié! Mettant en vedette le vétéran Kenichi Endo dans le rôle principal (VISITOR Q, ça vous dit quelque chose?) aux côtés de Masaki Miura (MONSTERZ, COLD FISH), KIYAMACHI DARUMA est l’une des œuvres de gangsters japonais les plus dures et impitoyables à arriver sur nos écrans. À renfort de violence et mélancolie (rappelant quelque peu Kitano), Sakaki élimine bravement tout glamour du sous-genre et, faisant écho aux membres manquants de son protagoniste, se sert de cette absence pour exposer la dure réalité du mode de vie des yakuzas, prisonniers d’un monde de sacrifices et de violence insensée.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors