Billets

The Love Witch

Première Canadienne
Sélection officielle : Festival du film de Maryland 2016, Festival international du film d'Édimbourg 2016, BAMcinemaFest 2016

“Nothing short of astonishing — not only in the painstaking recreation of the mood, sets and look of the films she’s referencing, but how she spiritually re-appropriates that decorative world into something radical and new.” – Justine Smith, VAGUE VISAGES

“Casts a wickedly entertaining spell” – Frank Scheck, THE HOLLYWOOD REPORTER


LOVE WITCH TRAILER from Anna Biller on Vimeo.


Une puissante sorcière en mal d’amour, Elaine (Samantha Robinson) arrive en ville et s’installe dans un superbe manoir gothique de l’époque victorienne. Ne s’arrêtant à rien pour que les hommes l’aiment, elle concocte de nombreux sortilèges, mais tous semblent avoir des effets désastreux sur le genre masculin! Est-elle une mauvaise sorcière? Ou serait-ce plutôt les hommes de sa vie qui sont pourris jusqu’à la moelle? Ce doute ne fait que redoubler ses efforts, et tandis qu’elle continue de chercher l’homme de ses rêves, les corps s’empilent. Mais qui pourrait bien la blâmer? Elle aime tout simplement à mort!

L’iconoclaste et talentueuse Anna Biller (VIVA) est de retour avec THE LOVE WITCH, un hommage aussi affectueux qu’intelligent aux mélodrames, films d’horreur et autres hybrides érotiques tournés en Technicolor pendant les années 60 et 70 – pensez à Franco, Martino et Fulci, et ainsi de suite! Fort du style chatoyant de la cinéaste, mélangeant le pastiche impeccable (ou néo-giallo) à un éventail de costumes et de décors faits à la main (Biller écrit, réalise, monte et compose également la musique de ses films), THE LOVE WITCH fait cependant plus qu’émuler. En effet, le film de Biller subvertit, critique, ridiculise ou questionne tout simplement les dynamiques souvent sexistes qu’on retrouve dans les films cités, les recomposant en une potion s’avérant être aussi nécessaire que puissante. Tourné en magnifique 35mm, et mettant en vedette une Samantha Robinson qui n’a rien à envier à Edwige Fenech, THE LOVE WITCH est une reconstitution idéale du passé, autant un hommage qu’une nouvelle contextualisation de celui-ci en un film actuel par une des artistes nostalgiques les plus impressionnantes du cinéma de genre contemporain!

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors