Billets

The Throne ("Sado")

Première Québécoise
GAGNANT : Meilleur acteur (Yoo Ah-in), Meilleure actrice de soutien (Jeon Hye-jin), Meilleure direction photo, Meilleurs éclairages, Meilleure musique, Meilleure technique, Prix du film Blue Dragon 2015
GAGNANT : Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleure musique, Prix de l'association des critiques de films de Corée 2015
GAGNANT : Meilleure actrice de soutien (Kim Hae-suk), Prix du film Daejong 2015
GAGNANT : Grand Prix, Prix des arts PaekSang 2016
Sélection officielle : Festival international du film d'Hawaii 2015, Festival de films Black Nights de Tallinn 2015

"Offers lavish production values and an acting master class from its stellar cast." – Clarence Tsui, THE HOLLYWOOD REPORTER

"An outstandingly crafted period drama" – Justin Chang, VARIETY


The Throne from Festival Fantasia on Vimeo.


Nous sommes en 1762 durant la période Joseon et le roi Yeongjo (Song Kang-ho) en est à la 35e année de son règne mené par une application stricte de l’éthique confucéenne. Par une soirée pluvieuse, dans un moment de folie, son fils unique, le prince héritier Sado (Yoo Ah-in), se dirige vers le palais avec son entourage afin d’assassiner son père. Sa tentative échoue. Ne pouvant se résoudre à accuser Sado de haute trahison, ce qui placerait son règne en péril selon les règles de la dynastie Yi, Yeongjo le condamne à périr de faim et de soif dans une caisse en bois, sous un soleil de plomb. Durant huit jours, à travers les souvenirs des membres de ce clan déchiré par l’amour du pouvoir, les rivalités filiales et la maladie mentale, nous découvrirons ce qui a mené le prince Sado à tenter de tuer son père et ce qui a conduit Yeongjo à infliger une mort si horrible à son fils.

Le récit du prince Sado a marqué l’histoire de la Corée parce que son père, le roi Yeongjo, eut le plus long règne de la période Joseon, mais aussi en raison des circonstances affreusement tragiques entourant son décès. Si THE THRONE est un véritable tour de force technique (soulignons la somptuosité de la direction artistique, de la photographie, des costumes et de la trame sonore), c’est le scénario exposant toutes les contradictions de ses personnages et la réalisation à la fois intimiste et grandiose de Lee Joon-ik (THE KING AND THE CLOWN) qui parviennent à métamorphoser ce drame national en tragédie familiale aussi enlevante que bouleversante. Le grand Song Kang-ho (THE HOST) offre une performance impériale dans le rôle du roi Yeongjo et le toujours excellent Yoo Ah-in (PUNCH) parvient à lui tenir tête en communiquant avec justesse chaque étape de la descente aux enfers du prince Sado. On ne se surprend pas que THE THRONE fut le candidat sud-coréen aux derniers Oscars, car à l’image des faits historiques qu’il dépeint, une telle virtuosité technique et narrative ne s’oublie pas.

— Nicolas Archambault

Sponsors