Billets

Requiem pour un beau sans-cœur

  • Québec
  • 1992
  • 92 mins
  • DCP
  • Français
  • Anglais (sous-titres)
Version restaurée - projection gratuite
En présence du réalisateur Robert Morin, de l'acteur Gildor Roy et de la productrice Nicole Robert.

Commandité par Éléphant : mémoire du cinéma québécois

Gagnant : Meilleur film canadien, Festival international du film de Toronto 1992; Meilleur film québécois de l’année, Prix de l'AQCC 1992
GAGNANT : Meilleur scénario, Prix de la SARDEC 1992


Requiem Pour Un Beau sans-Coeur from Festival Fantasia on Vimeo.


Régis Savoie est un criminel notoire et flamboyant. Il est aussi un phénomène médiatique, utilisant et manipulant les journalistes de faits divers en leur offrant lui-même des scoops. Régis est maintenant au pénitencier où il purge une peine de 25 ans. Il réussit à fuir en organisant une évasion spectaculaire et sanglante. Chronique d’une mort annoncée, le film relate ses trois derniers jours en cavale. Savoie profite de sa liberté pour régler certains comptes, retrouver sa blonde et partir célébrer dans un chalet isolé. Mais voilà, la fête dérape à grands coups d’alcool, de cocaïne et de paranoïa. Huit personnes et une caméra vidéo sont des témoins privilégiés des dernières heures de Savoie, et nous racontent les événements de leur point de vue respectif, dans l’ordre et dans le désordre. À travers ces récits se dresse un portrait éclaté et rempli de contradictions. À tour de rôle, le fils de Savoie, son avocat, sa mère, sa conjointe, son bras droit, la compagne de ce dernier, un enquêteur et l’éditeur d’un journal à sensation nous racontent cet homme charismatique et psychopathe. Mais y aurait-il un délateur parmi le groupe?

Ce polar psychologique à l’ère de la caméra vidéo est librement inspiré de l’histoire de Richard Blass. REQUIEM POUR UN BEAU SANS-CŒUR est à la fois un tour de force et une œuvre coup de poing qui n’a rien perdu de sa vigueur. Un mélange improbable entre SCARFACE de Howard Hawks, LA GAMMICK de Jacques Godbout et CITIZEN KANE d’Orson Welles. Gildor Roy y offre une performance mémorable et inspirante. Tantôt charmeur, tantôt terrifiant, ce gangster au langage cru et coloré livre une série de répliques carrément cultes. Enfin, la bande sonore composée notamment de pièces de « Monsieur » Marcel Martel et du groupe Les Jaguars donne au film et au personnage de Régis Savoie une personnalité distincte. Nous sommes très fiers de nous associer à Éléphant pour la présentation de cette nouvelle copie restaurée de ce classique de Robert Morin.

— Marc Lamothe

Sponsors