Billets

Toro

Première Nord-Américaine
  • Espagne
  • 2016
  • 100 mins
  • DCP
  • Espagnol
  • Anglais (sous-titres)

“A vibrant, violent and tragic thriller” - Alfonso Rivera, CINEUROPA


Toro from Festival Fantasia on Vimeo.


Toro en a marre de la vie criminelle. Il en informe donc son patron Rafael Romano, mais ce dernier lui offre un dernier travail. Pour cet ultime vol, Toro fait appel à ses deux frères Antonio et López. Malheureusement pour eux, ils se font surprendre par la police. López réussit à fuir les lieux tandis que Toro et Antonio sont pourchassés par la police. Toro perd alors le contrôle du véhicule et son frère est tué durant l’accident. Quelques années plus tard, alors que Toro est sur le point de compléter sa sentence, López, avec qui il avait coupé les ponts, refait surface. Toro n’a aucune envie de replonger dans son passé criminel, mais lorsqu’il apprend que sa nièce Diana a été prise en otage par Romano, il n’a d’autre choix que de lui venir en aide. Il décide d’aller rencontrer son ancien patron dans l’espoir de calmer la situation. L’entretien ne se passe toutefois pas comme prévu, des coups de feu sont échangés, du sang est versé et le clan de Toro se retrouve avec un dangereux criminel à ses trousses. Ce petit voyage dans le passé a rouvert de vieilles blessures et cette fois, Toro n’a pas l’intention de perdre les derniers membres de sa famille.

Kike Maíllo a fait un malheur sur le circuit des festivals en 2011 avec le film de science-fiction EVA. Il signe ici son deuxième long métrage, le film d’action hyper réaliste TORO. Il nous offre un film très stylisé, habilement écrit et réalisé à la perfection, les mêmes qualités qui lui ont valu le Goya du meilleur réalisateur. Pour l’aider dans son aventure, il a fait appel aux talentueux acteurs Mario Casas (UNIT 7) et Luis Tosar (SLEEP TIGHT), qui forment le duo idéal. Ensemble, ils réussissent à bien doser l’action, l’humour et le drame. TORO est tout ce à quoi on peut s’attendre d’un film d’action : poursuite en voiture, nombreuses fusillades, combats à mains nues, le tout sans aucune retenue, au grand plaisir du spectateur. Depuis plusieurs années déjà, le cinéma de genre espagnol n’a cessé de se réinventer et de surprendre. Avec des réalisateurs comme Kike Maíllo, la flamme est loin de vouloir s’éteindre.

— Éric S. Boisvert

Sponsors