Billets

Kiki, Love to Love ("Kiki, El Amor Se Hace")

Première Canadienne
  • Espagne
  • 2016
  • 102 mins
  • DCP
  • Espagnol
  • Anglais (sous-titres)

“Sexy, daring, transgressive, brightly colored and often very funny” - Jonathan Holland, HOLLYWOOD REPORTER


KIK Love To Love from Festival Fantasia on Vimeo.


KIKI, LOVE TO LOVE raconte cinq histoires d’amour se déroulant sous le chaud soleil de Madrid, où nos héros et héroïnes font la découverte de pratiques sexuelles non orthodoxes. Natalia confesse à son conjoint Alex qu’elle a eu un orgasme alors qu’elle était prise en otage. Ana et Paco décident de visiter un club échangiste pour raviver la flamme dans leur couple. Maria réalise que les gens qui pleurent l'excite. Sandra a une obsession pour tout ce qui est en soie. Quant à Jose, c’est lorsque sa femme dort qu’il trouve son plaisir. Pour nos cinq protagonistes, aucune jouissance ne sera refusée, quelle que soit la forme qu’elle prend.

Paco León nous offre ici un film sexy, audacieux, transgressif, coloré et souvent hilarant, qui rappelle parfois les premiers films de Pedro Almodóvar. Bien que León s’inspire du film THE LITTLE DEATH du réalisateur australien Josh Lawson, il réussit à faire une œuvre complètement différente. KIKI, LOVE TO LOVE est plus qu’une simple comédie érotique. Bien que le film soit très drôle, c’est aussi une critique de la signification d’être « normal » dans notre société, et de la rapidité avec laquelle nous mettons de côté les gens que nous jugeons différents. Avec sa caméra vive et dynamique, son scénario intelligent et ses dialogues percutants, KIKI est sans aucun doute l’une des meilleures comédies des dernières années. León a aussi cette incroyable capacité à tirer des performances hyper naturelles de ses acteurs et actrices, qui incluent ici Alex Garcia, Ana Katz, Luis Bermejo et Natalia de Molina. Avec ce film, Paco León a fait sauter le box-office espagnol et a su séduire des millions de gens. Une fois votre visionnement terminé, vous saurez enfin ce que veulent dire les mots : harpaxophilie, polyamour, dacryphilie, éliphilie et somnophilie.

— Éric S. Boisvert

Sponsors