Billets

Kill Zone 2 ("SPL 2 : A Time For Consequences")

Première Québécoise
  • Hong Kong
  • Chine
  • 2015
  • 120 mins
  • DCP
  • Cantonais / Mandarin / Anglais / Thaï
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle : Midnight Madness, Festival international du film de Toronto 2015

“In a film overflowing with fighting talent, everyone gets their moment in the sun and it never feels contrived” – Elizabeth Kerr, HOLLYWOOD REPORTER


La fille de Chai souffre d’une rare forme de leucémie. Ayant énormément de difficulté à couvrir les frais d’hôpitaux, il accepte un poste de gardien dans une prison. Tandis que la condition de sa fille se détériore, Chai essaie du mieux qu’il peut d’entrer en communication avec l’unique donneur qui pourrait sauver sa fille. Chai est alors assigné à garder un œil sur Kit, un officier de la police de Hong Kong qui s’était infiltré dans un réseau de trafic humain. Malheureusement pour lui, lors d’une intervention policière qui a mal tourné, il a été démasqué par l’organisation et a été envoyé dans la prison thaïe où Chai travaille. Malgré leur différence de langage, ils réussissent à communiquer. C’est alors que Chai apprend que Kit est en fait la personne qui peut sauver sa fille. Le gardien est alors déterminé à tout mettre en œuvre pour s’assurer que rien n’arrive au prisonnier...

KILL ZONE 2 est la suite du classique des arts martiaux SPL (aka KILL ZONE), sorti en 2005. Par contre, vous n’êtes pas obligé d’avoir vu ce dernier pour apprécier le second film. Nous avons droit à une intrigue complètement différente, et ce même si Simon Yam reprend son rôle. Wu Jing est lui aussi de la distribution, mais dans un rôle complètement différent de celui qui l’a rendu célèbre il y a 10 ans. L’une des grandes forces du premier film était l’originalité des combats et le talent des gens qui les exécutaient. Cette nouvelle mouture poursuit dans la même veine. Zhang Jin, que certains d’entre nous avons pu voir dans IP MAN 3, RISE OF THE LEGEND et THE GRANDMASTER, se joint au légendaire Tony Jaa pour nous offrir des scènes de combats particulièrement impressionnantes, dont un magnifique plan-séquence lors d’une émeute en prison qui vous gardera sur le bout de votre siège.

Soi Cheang est un habitué du festival (SHAMO, ACCIDENT, LOVE BATTLEFIELD) et avec ce nouveau film, il ne nous déçoit pas. Il signe une œuvre chargée à bloc, qui décoiffe et qui saura assurément plaire aux admirateurs du premier film.

— Éric S. Boisvert

Sponsors