Billets

We Are the Flesh ("Tenemos la carne")

Première Nord-Américaine
  • Mexique
  • 2016
  • 79 mins
  • DCP
  • Espagnol
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle : Festival international du film de Rotterdam 2016

“An extreme Mexican fiesta of incest, cannibalism and explicit sex... joyously demented” - Catherine Bray, VARIETY


We Are The Flesh from Festival Fantasia on Vimeo.


Un frère et sa sœur ont fui la folie des hommes pour un monde meilleur. Leur errance les a menés malgré eux entre les murs d’un immense édifice en ruine, là où un ogre moderne a élu domicile. Piégés dans cet antre de la folie, les nouveaux arrivants doivent se soumettre aux règles de cet être caligulesque qui prétend être immortel. Leur survie dépend d’une obéissance aveugle au maître des lieux. Ils doivent manger sa nourriture, porter ses vêtements et surtout concrétiser ses fantasmes dangereusement pervers. Loin des regards, ce gourou de la chair les pousse à explorer la part maudite des tabous d’une société puritaine. Sadomasochisme, inceste, cannibalisme, tout est permis lors de ces séances. Des rituels mystiques ayant un but avoué : atteindre la transcendance par le biais de l’orgasme. Jouer avec la magie noire aura cependant des conséquences funestes pour l’improbable trio et il ne prend qu’un temps avant que leur ultime sacrifice ne prenne une ampleur apocalyptique.

Réponse corrosive à LOVE de Gaspar Noé, WE ARE THE FLESH du Mexicain Emiliano Rocha Minter s’impose comme une expérience brutale portée par une déstabilisante énergie chaotique. Ce poème transgressif fait, comme LUDO l’an passé à Fantasia, basculer le narratif vers un empire des sens d’une beauté sauvage. Votre guide à travers cette messe barbare est le renversant comédien Noe Hernandez. Il donne ici une performance plus grande que nature dans le rôle d’un sorcier millénaire motivé par une rage dévastatrice. Digne d’Andrzej Zulawski, il s’agit avant tout d’un huis clos d’une audace inouïe dans sa représentation frontale de la sexualité. Voici le film qui a impressionné Alejandro Gonzales Inarritu et Carlos Reygadas au point de qualifier son réalisateur de pur génie. Ayant choqué la scène festivalière du monde entier, il promet d’entraîner ses spectateurs aventureux au cœur des ténèbres.

— Simon Laperrière

Sponsors