Buy Tickets

Fleur bleue ("The Apprentice")

  • Quebec
  • 1971
  • 80 mins
  • DCP
  • English / French
  • French (subtitles)
Présenté grâce à l’aimable collaboration de Larry Kent, Potterton Productions, Gerald Potterton, Bibliothèque et Archives Canada et la Cinémathèque québécoise

En présence de Larry Kent et Claude Fournier


Fleur Bleue from Festival Fantasia on Vimeo.


Jean-Pierre (Steve Fiset) travaille sur un plateau publicitaire. Alors qu’il tente d’offrir un conseil à Elizabeth (Susan Sarandon), une jeune mannequin américaine, il se fait virer. Désormais chômeur, il passe son temps libre avec sa blonde Michelle (Céline Bernier), qui milite pour le Parti Québécois et prône une révolution francophone. Jean-Pierre a peu d’ambition. Sans éducation complétée, il ne trouve aucun emploi payant. Se sentant responsable de son congédiement, Elizabeth vient le voir chez lui. Jean-Pierre tombe sous son charme, mais accepte mal sa conception de la liberté amoureuse. Sans le sou, il s’implique graduellement dans les combines du frère de Michelle, Dock (Jean-Pierre Cartier) qui le traite comme son apprenti. Parallèlement, Jean-Pierre est incapable de prendre une décision et entretient une relation avec les deux femmes, demandant Michelle en mariage et offrant à Elizabeth de partir à Acapulco. À la dérive des évènements et recherché par la police, il se laissera entraîner par Dock et sa copine Suzanne (Carole Laure) dans le vol à main armée d’une banque.

Derrière ce synopsis d’apparence plutôt grave et sérieuse se cache une comédie dramatique déroutante. Tourné en 1971, FLEUR BLEUE cristallise le malaise qui existait alors entre anglophones et francophones au cœur d’un Montréal déchiré d’est en ouest. Il s’impose parmi les premiers films canadiens de fiction à être réellement bilingue. Ainsi, certains dialogues sont en français alors que d’autres sont livrés en anglais (avec sous-titres français). Le film met notamment en vedette Steve Fiset, chanteur populaire et comédien qui nous a quittés en novembre dernier, et Susan Sarandon, qui en était seulement à son deuxième rôle au cinéma. Le langage québécois est d’un joual assumé, parfois vulgaire. La direction photographique de Jean-Claude Labrecque nous offre une belle fenêtre sur Montréal en 1971. FLEUR BLEUE n’ayant jamais été restauré ou réédité, voici votre chance de découvrir cette capsule de temps à partir du transfert d’une des dernières copies 35 mm en circulation.

— Marc Lamothe

Sponsors