Billets

The Harvest

Première Internationale
Voir la bande-annonce
En présence du réalisateur John McNaughton

Sélection officielle, Chicago International Film Festival 2013 (présentation spéciale)

Katherine (Samantha Morton) est une chirurgienne cardiologue pédiatrique qui n’a pas le choix de ramener son travail à la maison après le boulot lorsque son fils Andy (Charlie Tahan) devient gravement malade. Son mari Richard (Michael Shannon) et elle passent chaque minute disponible au chevet de leur enfant, essayant des traitements expérimentaux et, par le fait même, l’étouffant et le gardant à l’écart du monde. Leur monde hermétiquement scellé commence à s’ouvrir quand une jeune voisine (Natasha Calis) se lie d’amitié avec Andy à travers la fenêtre de sa chambre, y entrant éventuellement pour lui tenir compagnie. Ses parents réagissent avec une colère qui va au-delà du simple instinct protecteur. Leur façon de s’occuper de leur fils en vient à ressembler dangereusement à du ressentiment. On n’en révélera pas plus, mais sachez que si vous êtes du type à ne pas pouvoir endurer les scènes d’enfant en péril, ce film aussi dérangeant que puissant pourrait bien vous faire faire une crise cardiaque.

En 1986, l’ancien forain John McNaughton a révolutionné le film d’horreur moderne avec son dévastateur HENRY: PORTRAIT OF A SERIAL KILLER. Pendant les années qui ont suivi, il a émergé avec une série d’œuvres singulières et provocatrices dépeignant les escroqueries et les luttes qui se déroulent dans l’ombre en Amérique, notamment dans MAD DOG AND GLORY, NORMAL LIFE et WILD THINGS. THE HARVEST marque le retour très attendu de l’anticonformiste cinéaste au long métrage après une absence de 13 ans. C’est aussi son premier véritable film d’horreur depuis THE BORROWER en 1991. Pour son retour, le cinéaste a assemblé une distribution de rêve. Michael Shannon (TAKE SHELTER), jamais une présence neutre à l’écran, est dans une forme féroce. Quant à la toujours brillante Samantha Morton (MORVERN CALLAR), elle égale son intensité à chaque instant. En complément de cette glorieuse distribution, on retrouve nul autre que l’immortel Peter Fonda (EASY RIDER), mais les plus grandes révélations du film sont les extraordinairement talentueux jeunes acteurs Natasha Calis (THE POSSESSION) et Charlie Tahan (BLUE JASMINE). À travers leurs performances déchirantes, McNaughton raconte une histoire inhabituelle qui, entre de mauvaises mains, aurait pu sembler exagérée, mais qui est présentée ici avec une urgence effrayante mais terre à terre. Un récit surprenant rempli de rebondissements, de pleurs et de sang, THE HARVEST existe dans un troublant espace entre le conte de fées sinistre et le drame humain horrifiant. C’est un retour bienvenu pour une des voix les plus sombres du cinéma indépendant américain.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors