Billets

Montréal interdit

  • Québec
  • 1990
  • 84 mins
  • 35mm
  • Français

Amateurs de l’émission CAMÉRA 90, nostalgiques de Richard Glenn et avides de sensations douteuses, réjouissez-vous, nous avons retracé pour vous une copie 35 mm du documentaire MONTRÉAL INTERDIT. « Montréal, Canada, l’une de plus belles cités d’Amérique du Nord. Riche en divertissements de toutes sortes, elle sait satisfaire toute la gamme des émotions, des plus sophistiquées aux plus primaires. » Ainsi commence la narration de cet ahurissant documentaire où Montréal est dépeinte comme une ville de vice, de débauche et de luxure. « Montréal possède aussi un autre visage, celui d’une ville à l’intérieur même de la ville. Un endroit où l’insolite et la perversion semblent faire partie de la vie normale. » En effet, en l’espace de 90 minutes, Montréal devient sous vos yeux incrédules un gigantesque Pigalle, un gargantuesque Amsterdam ou un Bangkok à grande échelle.

Dans ce documentaire de style Mondo à cinq cennes, vous y verrez beaucoup de stripteaseuses, des gogo boys aux déhanchements sensuels, la cité interdite où règne en maîtres les trafiquants de drogue, des pratiques sexuelles biscornues, des simulations sexuelles digne de BLEU NUIT et même des perversions insolites impliquant des animaux et des insectes. Mais Montréal, c’est aussi une invitation aux célébrations vaudoues, aux salons de coiffure topless, aux boutiques particulières, au tombeau du frère André (?!?), aux pouvoirs curatifs d’une pyramide, aux thérapies alternatives, aux rituels païens, aux aquariums sexy et à un autobus amphibie. Vous avez rendez-vous avec les enfants du nouvel âge, avec Jean-Michel Lepage qui a une relation étroite avec ses serpents et avec Richard Glenn qui nous parle avec passion des ovnis de la rue Casgrain. Découvrez ce que Montréal peut offrir à qui se donne la peine de l’explorer. Un film touristique nouveau genre pour voyageurs trash. « Ce qui se passe réellement à Montréal, ce qui au-delà des apparences fait vibrer cette ville et parfois même provoque l’indignation. Parce que c’est derrière toutes les façades polies et banales de cette grande ville que l’on parvient à découvrir le Montréal Interdit ». Si vous n’aimez pas les stripteases, les bandes sonores abusant du clavier DX7 signées Bat Taylor, la narration trop sérieuse d’un narrateur motivé et les secrets que recèle la vie cachée d'une grande ville, ce film n’est pas pour vous.

— Marc Lamothe

Sponsors
Sponsors