Billets

At the Devil’s Door ("Home")

Première Canadienne
Voir la bande-annonce
En présence du scénariste et réalisateur Nicholas McCarthy

Sélection officielle, SXSW 2014

"I was hunched down in my seat, completely filled with dread... McCarthy tells his gripping tale with an ease I’m certain I’ve never seen in movies… This is stellar filmmaking" – Daniel Tucker, NEXT PROJECTION

"Intelligent horror storytelling… Very impressive" – Scott Weinberg, FEAR.NET

"Among the standouts from SXSW" - Jason Whyte, EFILMCRITIC.COM

Catalina Sandino Moreno joue ici le rôle d’une jeune agente immobilière à qui une tâche très délicate est confiée. Il s’agit de réussir à vendre une maison affublée d’un passé particulièrement diabolique – une histoire impliquant la signature d’un pacte satanique. Tandis qu’elle travaille dur afin de dénicher les acheteurs potentiels, notre jeune agente croise la fille perturbée du couple ayant mis la maison en vente. C’est ainsi que s’ouvrent brusquement les portes d’un monde parallèle et que commence un voyage effrayant qui vous fera dresser les cheveux sur la tête et frémir jusqu’aux os. Une bonne partie du pouvoir de ce film dépend du peu qu’on en sait au moment de s’asseoir dans la salle. Nous n’en révélerons donc pas davantage. Sachez seulement que ce scénario joue sur différentes trames narratives et jongle avec les décennies comme rarement on l’a vu faire au cinéma. Préparez-vous à plonger tête première dans un cauchemar éveillé, irrationnel, onirique et terrifiant.

Avec son premier film, THE PACT, sorti en 2012, le scénariste et réalisateur Nicholas McCarthy peut se vanter d’avoir glacé le sang de beaucoup de monde. Son deuxième passage derrière la caméra nous donne AT THE DEVIL’S DOOR (intitulé HOME à l’origine), une œuvre fignolée avec une audace et une confiance dignes d’un autre monde. McCarthy prend un tas de risques excitants qui fonctionnent à merveille. Il jongle avec toute la gamme des atmosphères de l’effroi et alterne avec des conflagrations viscérales plus que morbides. Équilibriste de l’ombre, funambule sinistre, il tire toutes les ficelles, glissant du point de vue d’un personnage vers un autre et changeant d’époque comme on change de plan. Du cinéma de genre, mais diablement intelligent et aussi parfaitement structuré que les cercles infernaux de Dante. Les prises de vues signées Bridger Nielson misent sur l’espace et la pénombre – que ce soit une route déserte ou le centre d’une pièce – et n’ont jamais été aussi inquiétantes. Produit par Sonny Mallhi (THE STRANGERS), mettant en vedette Catalina Sandino Moreno (MAGIC MAGIC), Naya Rivera (GLEE), Ashley Rickards (AWKWARD), Wyatt Russell (WE ARE WHAT WE ARE), Ava Acres (EVERMORE) et Tara Buck (TRUE BLOOD), AT THE DEVIL’S DOOR est la preuve que Nicholas McCarthy fait partie des nouveaux talents les plus originaux et inspirés d’aujourd’hui. Parions que vous n’éteindrez pas votre lampe de chevet en vous couchant ce soir-là…

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors