Billets

Steel Cold Winter ("Sonyeo")

Première Canadienne
Voir la bande-annonce

Youn-soo (Kim Si-hoo, SUNNY) et sa mère déménagent de Séoul, espérant trouver une nouvelle vie dans un village calme et isolé près des montagnes. Le jeune garçon souffre d’une culpabilité paralysante quant au suicide d’un ami, qu’il croit avoir causé en commençant une rumeur par inadvertance. Malgré une attitude timide et distante, Youn-soo est accueilli à bras ouverts dans sa nouvelle école, étant perçu par ses camarades de 11e année comme un citadin cool et intrigant. On ne peut pas dire la même chose de Hae-won (Kim Yun-hea), une jeune fille mystérieuse aux yeux froids et tristes, que Youn-soo aperçoit faire du patin sur un lac gelé, tel un fantôme halluciné. Elle est pourtant bien réelle et comme Youn-soo, elle est très réservée. Réprimant ses propres traumatismes, elle est complètement rejetée par les autres élèves et les rumeurs à son sujet sont aussi nombreuses qu’absurdes et douloureuses. Certains l’accusent de pratiquer la magie, d’autres l’inceste; tout ça parce qu’elle vit avec un père souffrant de maladie mentale, que tout le village déteste. Reflétant ce qui est arrivé à son ami, Youn-soo cherche à connaître Hae-won davantage et une relation improbable s’entame. Un jour, le père de Hae-won disparaît et les deux découvrent combien de violence et de désespoir peut naître de rumeurs et de ouï-dire.

Une histoire d’amour tragique, STEEL COLD WINTER est en quelque sorte un sombre conte de fées joliment stylisé, ayant comme toile de fond un paysage hivernal coréen qui rappellera, de par son atmosphère oppressive et menaçante, le film LET THE RIGHT ONE IN. Et comme ce film culte suédois, le film de Choi est fondamentalement à propos de deux parias trouvant un lien commun pour survivre à un univers brutal, violent et de plus en plus paranoïaque. Où Choi se démarque est dans sa façon de dépeindre ce monde brut et sordide auquel les deux amants doivent faire face, jusqu’à ce que celui-ci s’avère fatal. Les rumeurs sont déformées, tandis qu’une épidémie de fièvre aphteuse force les villageois à enterrer leurs cochons vivants. Provenant du monde du documentaire (ayant tourné, par exemple, le SMTOWN WORLD TOUR), Choi Jin-seong signe un premier film narratif qui est plein d’images frappantes et évocatrices de la sorte, et une forte impression des lieux donne au film une résonnance émotionnelle inattendue. STEEL COLD WINTER est, somme toute, une romance sombre pour cœurs robustes.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors