Billets

Dys-

Première Mondiale
Voir la bande-annonce
Première mondiale, en présence de la scénariste et réalisatrice Maude Michaud et invités

Eva, une ancienne mannequin en déclin professionnel, est à la recherche d’une nouvelle carrière. Son mari Sam est professeur dans le département de photographie d’une université. Superficiellement, ils semblent être un couple parfait et prospère, mais dans les confins de leur luxueux condo, la distance entre eux et les ténèbres qui fondent sur chacun ne sont que trop apparents — le silence est assourdissant. Alors qu’une souche particulièrement virulente de grippe affecte un nombre croissant de gens autour d’eux, c’est la santé chancelante de leur relation qui les préoccupe, les choses s’empirant depuis la récente fausse couche d’Eva. L’ampleur de l’épidémie en dehors de chez eux devient toutefois évidente quand des procédures de confinement des écoles et des entreprises sont annoncées le matin du premier jour d’Eva à son nouveau travail. Des reportages perturbants d’incidents semblant d’abord isolés font surface. Ils semblent décrire des choses lointaines, des histoires bizarres de cannibalisme, jusqu’à ce que la peur et l’horreur commencent à s’insinuer dans l’existence isolée du couple. La fragile Eva est de plus en plus troublée par d’horribles hallucinations — ou en sont-elles vraiment? Sam est lui aussi à bout, alors que sa paranoïa s’intensifie. Pourront-ils survivre au cauchemar au-delà de leurs portes et de leurs fenêtres? Plus pressant encore : pourront-ils survivre l’un à l’autre?

Un angoissant drame interpersonnel, un thriller médical, un film d’horreur explicite et dérangeant — le premier long métrage de Maude Michaud est toutes ces choses, abordant un thème maintenant trop familier d’un angle inédit et surprenant. Absents sont les habituels combats contre des zombies et le gore exagéré (quoique Michaud n’hésite pas à inclure des éléments saisissants et dégoûtants). À la place, on retrouve un puissant profil psychologique de deux âmes en chute libre, alourdies par leurs propres peurs et secrets. Cette approche donne à ce simple, mais efficace huis clos un naturalisme et une authenticité qui s’installent rapidement et solidement. Prônant fortement la présence de voix et de points de vue féminins dans le genre de l’horreur, Michaud est le cerveau derrière la websérie BLOODY BREASTS: AN EXPLORATION OF WOMEN, FEMINISM, AND HORROR FILMS. Après avoir réalisé plusieurs courts métrages depuis l’âge précoce de 16 ans et avoir contribué aux anthologies d’horreur I HATE L.A. et FRANKENSTEIN UNLIMITED, elle nous offre à présent un long métrage, et DYS- fonctionne férocement.

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors