Billets

Hwayi: A Monster Boy

Première Nord-Américaine
Voir la bande-annonce
En présence du réalisateur Jang Joo-hwan

“A gritty, action packed thriller... dark and philosophical” James Mudge, BEYOND HOLLYWOOD

En 1998, une infâme bande de criminels orchestre un coup qui non seulement déraille, mais les force à fuir avec un enfant kidnappé sous les bras. Débattant quant à son sort, ils décident finalement de le garder. Près de 15 ans s’écoulent et le jeune garçon a été rebaptisé Hwayi (la star de K-drama Yeo Jin-goo). S’il a tout d’un garçon normal, Hwayi ne va cependant pas à l’école et il a passé la dernière décennie à apprendre à tuer, devenant sans cœur et sans pitié. Ses aperçus du monde extérieur lui font désirer une vie normale, mais dans l’ensemble, son futur semble déterminé. Ses 5 « pères » - le leader glacial Seok-tae (Kim Yun-seok, THE CHASER), le conducteur de l’équipe Ki-tae (Cho Jin-woong, NAMELESS GANGSTER), le stratège Jin-sung (Jang Hyun-sung), le spécialiste en armes à feu Bum-soo (Park Hae-jun) et l’expert en arts martiaux Don-bum (Kim Sung-kyun, vu l’année dernière dans SECRETLY GREATLY) – lui ont appris leurs talents respectifs et s’apprêtent à impliquer le garçon dans sa première mission. Cependant, l’enfance traumatique de Hwayi commence à se manifester sous la forme d’un monstre hallucinatoire, mais bien trop réel et lorsque vient le temps d’appuyer sur la gâchette, une fâcheuse coïncidence révèle le passé du garçon. Tout se déchaîne et Hwayi n’a plus qu’une seule chose en tête : se venger pour l’enfance qu’on lui a volée.

Nous connaissons tous l’histoire de l’enfant élevé par les loups. Qu’arrive-t-il lorsque ces loups s’avèrent être des monstres? Avec HWAYI : A MONSTER BOY, Jang Joon-hwan répond à la question d’une manière tout aussi stylisée qu’à son habitude, nous offrant son grand retour derrière la caméra plus de 10 ans après le film culte SAVE THE GREEN PLANET! (2003). Avec HWAYI, il déploie des tendances plus dramatiques et explore des territoires plus sinistres, dans un film qui s’avère être le portrait brutal d’une famille de criminels sur le point d’éclater. Une exploration du mal comme trait de caractère, où l’inné contre l’acquis est au centre des préoccupations du film, HWAYI s’avère aussi philosophiquement chargé et inventif quant au malaxage de genres que son prédécesseur. Un récit initiatique sanglant, un mélange de comédie et de mélodrame, et un film d’action pur et dur, HWAYI est rempli de poursuites automobiles, de fusillades et de périls, qui s’assemblent ici pour former le retour inespéré de Jang dans le paysage du cinéma de genre.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors