Billets

Welcome to New York

Première Nord-Américaine
Voir la bande-annonce
Film de clôture - En présence du réalisateur Abel Ferrara

Sélection officielle, Festival International du film d'Édimbourg 2014

“Deliriously entertaining... contains such a subversive bite” - Eric Kohn, INDIEWIRE

“A sordid, graphic marvel... a work of ragged glory” - Xan Brooks, THE GUARDIAN

L’un des hommes les plus puissants de la France se nomme Devereaux. En 2011, il occupe le poste de directeur général du Fonds monétaire international et plusieurs voient en lui le futur président de la République. Le monde entier mange dans sa main et il n’hésite pas à user de son pouvoir pour mener un mode de vie orgiaque. De splendides escortes s’offrent à lui lors de fêtes privées où il consomme ce que le marché clandestin a de meilleur à offrir. Personnage caligulesque, le décadent Devereaux n’obéit qu’à son désir de jouissance. Cette incapacité à maintenir ses pulsions bestiales va bientôt salir à jamais sa carrière et sa réputation. De passage aux États-Unis pour un voyage d’affaires, il profite d’une brève escale à la Grosse pomme pour retrouver sa fille. Le 14 mai 2011, alors qu’il s’apprête à prendre le premier vol vers Paris, Devereaux est mis sous arrêt et doit répondre à de graves accusations d’agression sexuelle. Une femme de chambre travaillant à l’hôtel où résidait le politicien affirme avoir été sa victime il y a à peine quelques heures. Le retour au bercail lui étant interdit, Devereaux devient le prisonnier de New York, mais également d’un scandale sur le point de prendre des proportions inimaginables.

Au lieu d’attendre que la cendre ne retombe, l’audacieux WELCOME TO NEW YORK ose aborder de plein fouet un sujet aussi brûlant d’actualité que l’affaire DSK. S’empresser de mettre en scène cet incident qui fait toujours couler beaucoup d’encre a consterné la critique internationale. Lors de sa première mondiale en marge du dernier Festival de Cannes, ce long métrage trop explosif pour la sélection officielle a fait l’effet d’un tsunami, récoltant autant d’éloges que d’injures. Il est rapidement devenu l’objet d’une controverse comparable à l’image du cas dont il s’inspire. Au-delà de cette polémique se trouve cependant un film impressionnant né de la rencontre attendue entre deux enfants terribles du cinéma. Derrière la caméra, le légendaire Abel Ferrara ne fait nullement preuve d’opportunisme en capturant chaque détail de cette manchette avec un naturalisme non complaisant. Il fallait un monstre magnifique pour interpréter DSK, titre auquel seul le grand Gérard Depardieu pouvait pressentir. Étant lui-même familier au chahut des médias, il apporte à sa prestation une dimension étonnamment autobiographique, donnant même l’impression de faire un bilan de son propre parcours. WELCOME TO NEW YORK est un geste de bravoure irréprochable, le portrait subversif d’un être détestable qui, au détour d’un seul regard, réussit à titiller notre compassion. Une œuvre titanesque qui n’a assurément pas fini de provoquer le débat!

— Simon Laperrière

Sponsors
Sponsors