Billets

I Origins

Première Canadienne
Voir la bande-annonce
Sélection officielle, Sundance 2014
Sélection officielle, Festival international du film de San Francisco 2014

“Bracingly venturesome... achieves an exceptional balance between the emotional and intellectual” - Todd McCarthy, HOLLYWOOD REPORTER

Et si l’œil humain n’était pas une fenêtre sur l’âme, mais plutôt sur un niveau qui fait pencher l’éternel conflit entre la science et la spiritualité du côté de la première? Le biologiste moléculaire Dr. Ian Grey (Michael Pitt) réside déjà de ce côté et il a transposé son obsession de toujours pour nos globes dans des recherches qui prouveront que ces derniers ont évolué naturellement, sans l’apport du design intelligent d’un créateur bienveillant. Tandis que son assistante, Karen (Brit Marling), commence à explorer ce sujet dans une nouvelle direction prometteuse — tentant de donner génétiquement des yeux à des organismes aveugles — Ian devient fasciné par une paire d’yeux en particulier : ceux de Sofi (Astrid Berges-Frisbey), une belle et mystérieuse femme rencontrée lors d’une fête.

Suite à un rapprochement torride dans une salle de bains, Sofi disparaît, mais une série de signes et de rencontres fortuites ramène Ian vers elle. La force du destin a-t-elle réuni l’agnostique Ian avec son âme sœur? Des développements subséquents feront que qu’Ian remettra en question ses perceptions et qu’il sera transporté dans un périple au-delà des frontières — entre les pays et entre le physique et le métaphysique.

Dans ce deuxième film succédant au succès de Sundance ANOTHER EARTH, le scénariste et réalisateur Mike Cahill refait équipe avec Brit Marling pour un drame de science-fiction dans lequel la science est cruciale au drame. Se frottant à de grandes idées à travers l’accumulation de détails intimes, il raconte une histoire émotionnellement vaste qui englobe l’amour, la religion, l’ambition, la tragédie et l’interconnexion au sein de l’espèce humaine, le tout se déployant à travers le personnage d’Ian. Il y a beaucoup d’éléments pour faire travailler votre cerveau ici, mais ce n’est pas un exercice intellectuel glacial; Cahill cible aussi le cœur, la passion entre Ian et Sofi étant à l’avant-plan et la dévotion parentale jouant aussi un rôle dans la seconde moitié du film.

Véritablement indépendant de par son esprit et ses préoccupations, I ORIGINS est par ailleurs un remarquable accomplissement sur le plan visuel, malgré son budget modeste. Dans des lieux de tournage et des situations à la fois ordinaires et extraordinaires, Cahill et le directeur photo Markus Forderer créent une atmosphère réaliste où de plus grandes forces sont vraisemblablement à l’œuvre et où plus de choses se passent qu’on pourrait le croire — pardonnez l’expression — à première vue. Le cinéaste obtient aussi des performances exceptionnelles du captivant Pitt et de Marling et Berges-Frisbey, toutes deux en grande forme en tant que femmes qui deviennent tout aussi importantes l’une que l’autre dans sa vie, de façons très différentes.

— Michael Gingold

Sponsors
Sponsors