Billets

Red Family ("Bulgin Gajok")

Première Nord-Américaine
Voir la bande-annonce
GAGNANT : Prix du public, Festival international du film de Tokyo 2013
Sélection officielle, Festival international du film de Göteborg 2014

Lorsqu'on est un espion nord-coréen, on doit se fondre dans un milieu étranger et s'adapter totalement aux gens qui nous entourent tout en méprisant leur idéologie. En groupe, le quotient de difficulté augmente exponentiellement. Ainsi, la Camarade-Chef Baek en a plein les bras à la tête d'une famille créée de toutes pièces par les autorités de Pyongyang. D'une main ferme, presque impitoyable, elle doit composer avec le nostalgique Myung-sik, un vieil espion n'ayant pas vu sa femme depuis 40 ans; son faux mari Jae-hong, qui craint pour la sécurité des siens; et la jeune et impétueuse Min-ji, entraînée depuis sa tendre enfance. En apparence, ils forment un clan exemplaire, mais en fait, ils se livrent à des missions d'espionnage et souvent à l'assassinat de transfuges nord-coréens. Et ils doivent endurer leurs voisins dysfonctionnels, représentatifs du capitalisme qui règne sur la Corée du Sud. Ces derniers sont indisciplinés, se chamaillent et sont obsédés par l'argent. Lorsque Chang-su, le cadet de cette famille, se lie d'amitié avec Min-ji, les rapprochements deviennent inévitables. Tout comme les dérapages verbaux autour d'un repas entre voisins. À force de côtoyer ces gens-là, le groupe d'espions commence à les envier et à agir davantage comme une vraie famille. Inexorablement, des erreurs aux graves conséquences s'enchaîneront.

Comment peut-on vivre loin des siens en craignant que nos actions entraînent des conséquences funestes pour eux? Comment peut-on continuellement épier les gens en étant nous-mêmes surveillés, devant ainsi constamment peser tout ce que l'on dit et agir comme il se doit? Dans un univers de duperie comme celui des espions, comment différencier le patriote du traître? Voilà les thèmes explorés par le scénariste Kim Ki-duk (BAD GUY, THE ISLE), qui agit également à titre de producteur exécutif et monteur, dans ce récit dur, mais empathique et fertile en enjeux moraux et en moments d'humour noir teintés d'ironie. Bien entendu, les quelques scènes cocasses du film proviennent des rencontres entre les deux familles, notamment un repas riche en malaises où le Grand Leader Kim Jong-un devient le sujet d'une discussion. Mais RED FAMILY s'oriente principalement sur l'évolution de la relation entre les membres du clan d'espions. Le film renferme également des éléments de suspense lors de missions d'assassinats et lorsque leurs agissements les mènent ultimement dans les mauvaises grâces de leurs supérieurs. Premier long métrage du réalisateur Lee Ju-hyoung, qui dirige habilement les nombreuses ruptures de ton en établissant efficacement le climat d'oppression régnant chez ses protagonistes, RED FAMILY est une œuvre poignante et enlevante. Pas étonnant qu'il ait remporté le prix du public au festival de Tokyo!

— Nicolas Archambault

Sponsors
Sponsors