Billets

Black Butler ("Kuroshitsuji")

Première Québécoise
  • Japon
  • 2014
  • 119 mins
  • DCP
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Voir la bande-annonce

“absolutely captivating... one hell of a movie” - Seiko, OTAKU HOUSE

Depuis sa publication en 2006, le manga BLACK BUTLER a été adapté à toutes les sauces. Après deux séries animées, une comédie musicale (THAT BUTLER, FRIENDSHIP) et même son propre jeu vidéo (KUROSHITSUJI PHANTOM & GHOST) pour la Nintendo DS, ce n’était qu’une question de temps avant de voir les aventures de Sebastian Michaelis sur grand écran.

L’action se déroule en 2020. Shiori Genpo (Ayame Goriki), une jeune orpheline, est à la tête de Funtom, une mégacorporation qui fabrique des jouets. Depuis la mort de ses parents il y a une dizaine d’années, elle vit comme un garçon sous le pseudonyme du comte de Genpo Kiyoharu. Seul le diabolique Sebastian (Hiro Mizushima), à qui elle a vendu son âme pour retrouver l’assassin de ses parents, connaît son secret. Nos deux héros devront enquêter sur une série de meurtres dont les victimes ont été retrouvées momifiées. Leur seul indice : une carte de tarot récupérée sur les lieux du crime. Sebastian découvre également que chaque victime a reçu une carte d'invitation noire pour une soirée privée. Les choses se compliquent lorsque Shiori en obtient une à son tour…

La tâche s’annonçait ardue pour notre duo de créateurs. Comment réussir à atteindre les attentes d’un aussi gros bassin de fanatiques? Malgré cet énorme défi, ils sont parvenus à créer une œuvre qui plaira aux fans de la première heure, mais aussi aux gens qui ne sont pas familiers avec la série. Sans trop s’attarder sur les détails, ils prennent le temps d’introduire les personnages, pour ensuite nous plonger dans de nombreuses scènes d’action toutes plus excitantes les unes que les autres. Il s’agit du pilier du film, les scènes d’action étant longues et superbement réalisées. Placées dans un univers futuriste, elles nous rappellent parfois celles de GHOST IN THE SHELL et THE MATRIX. Cependant, BLACK BUTLER s'avère plus que des explosions et des tapes sur la gueule. C’est aussi la très belle complicité entre Shiori et Sebastian, des personnages excentriques, des dialogues savoureux et des costumes impressionnants, le tout dans une Angleterre victorienne à couper le souffle.

Otani et Sato ont donné tout ce qu’ils pouvaient pour livrer aux amateurs le film qui leur est dû. Ils nous offrent plus qu’une simple adaptation de manga. Ils nous présentent un film rempli d’action, mais saupoudré d’une réflexion sur le monde moderne, la criminalité et la nature humaine. BLACK BUTLER réunit tout ce qui a fait le succès de la série au fil des ans, tout en y ajoutant une vision nouvelle très rafraichissante.

— Éric S. Boisvert

Sponsors
Sponsors