Billets

The House at the End of Time ("La casa del fin de los tiempos")

Première Nord-Américaine
  • Venezuela
  • 2013
  • 100 mins
  • DCP
  • Espagnol
  • Anglais (sous-titres)
Voir la bande-annonce
GAGNANT : Prix du public, Meilleur film; Prix du jury pour Meilleur acteur enfant, Direction photo, Son - Mérida Venezuela Film Festival 2013
Sélection officielle, Official Selection, Fantasporto 2014

"4 Stars… Undoubtedly the most risky and exciting movie of the current Venezuelan cinema"– SCIFIWORLD.ES

"Great storytelling, well-directed, with an old school Bava vibe that works very well" - Alan Jones, FILM 4 FRIGHTFEST

Des lettres rédigées par une femme fantomatique cherchent à mettre Dulce en garde contre son mari : d’après les lettres, celui-ci assassinera ses propres enfants. La panique s’empare de la pauvre Dulce et les tragiques événements qui s’ensuivent font en sorte qu’elle est incarcérée pour un crime qu’elle n’a aucunement commis. Tout ça eut lieu en 1981. Maintenant, trente années plus tard, Dulce obtient une libération sur parole, mais elle est assignée à résidence, ne pouvant quitter son domicile sous aucun prétexte. C’est d’ailleurs la même maison où tout a basculé dans l’abîme, trente ans plus tôt. La maison est vide à présent et Dulce est une vieille femme – mais est-elle vraiment seule sous son toit? Cette famille a vécu un mystère. Cette demeure recèle de grands secrets. La nature même de la mort sera remise en question. Sans compter les lois de la physique…

Premier véritable film de genre vénézuélien à ce jour, voici une œuvre à la fois effrayante et touchante qui déforme toutes les conventions de l’histoire d’horreur pour en faire une chose étonnante et inédite. Un formidable premier film, non seulement pour l’industrie cinématographique du Venezuela, mais aussi (et surtout) pour le réalisateur / scénariste / monteur / coproducteur Alejandro Hidalgo, audacieux faiseur de miracles.

Thriller surnaturel entre quatre murs, THE HOUSE AT THE END OF TIME n’est pas un récit de maison hantée ordinaire et ce ne sont ni des forces démoniaques ni des créatures de l’au-delà qui rendent visitent à Dulce. Imaginez qu’un Richard Matheson d’Amérique latine fasse passer un scénario par le moulin à images d’Amenábar et de Del Toro – leurs films en espagnol, à tout le moins. HOUSE est une sorte de cube-Rubik-de-la-peur qui vous fera sans cesse réévaluer vos idées préconçues et qui vous émerveillera, aussi. Un pareil tour de force, peu de réalisateurs en sont capables – surtout quand il s’agit de leur premier film! Sorti en salles au Venezuela à la fin 2013, ce phénomène a fracassé tous les records au box-office, devenant le second film le plus payant dans l’histoire du pays. Surprise de taille pour tous les cinéphiles, THE HOUSE AT THE END OF TIME est un drame humain enchâssé dans un nébuleux cauchemar.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors