Billets

Puzzle ("Pazuru")

Première Nord-Américaine
  • Japon
  • 2014
  • 85 mins
  • DCP
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Voir la bande-annonce

Noriaki Hill High semble être le genre d’endroit où pas grand-chose ne se passe, une école de petite ville avec des élèves passables, des enseignants attentionnés et un niveau tolérable d’intimidation. Le maladroit et discret Shigeo en est une des victimes, ce qui explique peut-être pourquoi il se montre sympathique face à sa camarade Azusa après sa tentative de suicide très publique. Mais le sang de cette dernière ne sera pas le dernier à éclabousser Noriaki Hill. Quatre élèves masculins pénètrent dans l’école après les heures de cours un jour, coupent les lignes téléphoniques, enfilent de joyeux masques de fleurs et prennent en otage une enseignante enceinte. Le quatuor prend part à une élaborée chasse au trésor, qu’il inflige aux quelques adultes encore présents et qui se termine avec l’un d’eux à l’hôpital et un autre kidnappé. La police est sur l’affaire dès le lendemain, leurs principaux suspects étant les mêmes jeunes populaires qui tentaient de rendre Shigeo misérable. Un nouveau défi, qui entraîne cette fois-ci toute la ville dans son horrible engrenage, se met en marche et alors qu’il se déroule, les secrets les plus sombres de l’école sont dévoilés et la ligne entre les vilains et les victimes s’embrouille. Le jeu est en branle — jouez bien ou payez très cher pour vos erreurs!

L’audacieux jeune romancier japonais Yusuke Yamada (CHASING WORLD) se spécialise dans les thrillers adolescents surréalistes et paranoïaques où l’on retrouve des vengeances diaboliquement complexes, des jeux de survie désespérés et de la violence aussi soudaine que fatale, le tout étant assaisonné d’humour noir et de personnages nuancés. Les adaptations cinématographiques de deux de ses livres seront présentées à Fantasia cette année. Il y a d’abord LIVE, que Noboru Iguchi a amené dans une direction grand-guignolesque, dépassant les limites comme seulement lui le peut. Quant à elle, la version d’Eisuke Naito du PUZZLE de Yamada emprunte une approche plus expérimentale et abstraite, avec des fioritures de film d’art, des ellipses évocatrices et des performances sobres. Le prometteur jeune réalisateur de films à petit budget qui détournent les codes du genre (il nous a offert en 2012 LET'S MAKE THE TEACHER HAVE A MISCARRIAGE CLUB — un thème qu’il revisite ici) contraste et même amplifie l’aspect cruel et menaçant du scénario avec des éléments visuels colorés et enfantins (le familier collier explosif n’a jamais eu l’air aussi kawaii!), des effets de montage rappelant le dessin animé et une trame musicale curieusement joviale. Alors que les morceaux tombent en place, PUZZLE s’impose comme un casse-tête étourdissant et sanglant où la vengeance est autant une première étape qu’une solution finale.

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors