Billets

Fuku-Chan of Fuku-Fuku Flats ("Fukufuku-so no Fuku-chan")

Première Canadienne
  • Japon
  • 2013
  • 110 mins
  • DCP
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Voir la bande-annonce

“Makes the most of the comedy talents of its leads with its mixture of slapstick humour and pathos working delightfully” – Mark Adams, SCREEN DAILY

Fuku Tatsuo (Miyuki Oshima), que les locataires de son bloc appartement appellent affectueusement Fuku-chan, gagne sa vie comme peintre d’extérieur. Il est à la tête d’une équipe attachante de fainéants, dont les cabotinages incluent réveiller des collègues en leur larguant des flatulences au visage. Ayant abandonné ses rêves d’être peintre malgré ses talents évidents, Fuku occupe ses temps libres en construisant des cerfs-volants ou en passant du bon temps avec les locataires de son modeste et charmant bloc baptisé les appartements Fuku-fuku. Généreux et aimable, Fuku-chan prend grand soin des ses amis, une belle bande d’inadaptés sociaux qui inclut un propriétaire de serpent, un apprenti chanteur traditionnel et un voleur de sous-vêtements repentant. Tout semble pointer vers une existence calme et plaisante, mais un problème demeure : Fuku-chan est excessivement timide avec les femmes et refuse tous les rendez-vous que son meilleur ami (YosiYosi Arasawa) lui organise. Refoulant sa propre solitude, Fuku ne se plie pas… Jusqu’à ce que Chiho Sugiura, une photographe et une vieille connaissance ayant perdu son travail, réapparaisse dans sa vie et cherche à se faire pardonner quelques erreurs du passé…

Yosuke Fujita (QUIRKY GUYS AND GALS, FINE, TOTALLY FINE) nous revient cette année avec une autre comédie excentrique et douce-amère se présentant d’une part comme une étrange fresque absurde et d’une autre, telle une poignante étude de personnage. Si son film précédent tournait autour du timing comique uniquement maladroit, mais oh combien impeccable de YosiYosi Arasawa (qu’on a également vu dans SURVIVE STYLE 5+ et qui revient ici dans un excellent rôle de soutien), Fujita rend l’expérience de FUKU-CHAN incontournable en prenant la décision audacieuse de donner son rôle principal à la fameuse comédienne japonaise Miyuki Oshima, qui joue ici non seulement un homme, mais le chef d’une bande de sympathiques iconoclastes. Oshima incarne généreusement le personnage, investissant le film d’une complexité et d’une profondeur émotionnelle insoupçonnées, avec une performance qui s’avère à la fois charmante et stupéfiante, complètement essentielle à la force du film. Finalement, l’attention particulière, voire obsessive, que porte Fujita aux divers traits et singularités de ses personnages rappelle Wes Anderson et comme dans son cinéma, elle permet des distributions d’ensemble riches et inégalables. En effet, FUKU-CHAN se dévoile comme la comédie indépendante « feel-good » marquante de cette édition du festival, mélangeant une grosse dose d’humour et de pathos en une concoction dont seul Fujita a la recette.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors