Billets

Miss Granny

Première Nord-Américaine
Voir la bande-annonce

“An abrasively funny farce, filled with droll, observant details about Korean pop culture” – David Noh, FILM JOURNAL INTERNATIONAL

À l’âge de 74 ans, Oh Mal-soon (Na Moon-hee) est un stéréotype de la grand-mère coréenne (ou ajumma); un tantinet tête de mule et définitivement opiniâtrée, ses cheveux sont permanentés en permanence et ressemblent à un brocoli. Elle est ultimement une personne profondément aimante, mais ça ne paraît pas dans la relation tendue qu’elle entretient avec sa belle-fille Ae-ja. Fière du fils qu’elle a élevé seule, elle ne peut s’empêcher de penser qu’il s’est marié à la mauvaise personne. Lorsque celle-ci s’écroule d’une dépression, Mal-soon réalise ce qu’elle fait subir à sa famille. Errant sans but un soir, elle entre dans un étrange studio de photo, dont elle ressort magiquement transportée dans son corps de 20 ans! Profitant de l’opportunité pour revivre une jeunesse qu’elle a dû sacrifier pour son fils, elle se renomme Oh Doo-ri (en honneur à Audrey Hepburn) et explore un nouveau monde de possibilités. Pendant ce temps, sa famille est persuadée qu’elle s’est enfuie et lorsqu’elle se rapproche de son petit-fils Ji-ha (Jin Young), celui-ci l’invite à joindre son groupe métal.

Faisant suite au poignant thriller SILENCED, Hwang Dong-hyuk change de cap du tout au tout, nous confirmant qu’il est l’un des réalisateurs les plus talentueux et certainement les plus polyvalents du cinéma coréen. Avec MISS GRANNY, il offre plus qu’une mouture ajumma de la formule FREAKY FRIDAY. Certes, la prémisse de base permet une panoplie de situations loufoques, culminant en une des comédies les plus hilarantes de l’année, mais ce qui fait la véritable force du film retombe sur la thématique centrale du regain de la jeunesse. À travers celle-ci, le film devient le portrait touchant et incroyablement sincère d’une femme ayant tout sacrifié pour les gens qu’elle aime. Et si le cinéma sud-coréen est trop souvent une affaire d’hommes, MISS GRANNY est une bouchée d’air frais; une puissante ode à la maternité et aux femmes qui portent, élèvent et enseignent à chacun de nous. Shim Eun-kyung est absolument époustouflante dans le rôle de la jeune Oh Doo-ri, parvenant à capturer tous les maniérismes de l’âge d’or, tout en offrant un rare mélange de subtilité émotive, de comédie « slapstick » et de aegyo sans rival. Ajoutez à une intrigue secondaire à saveur K-pop et une puissante finale à faire verser des larmes, et MISS GRANNY a tout d’un succès. Un remake chinois est d’ailleurs déjà en chantier. Voyez la version originale ici et n’oubliez pas d’y amener votre chère mamie.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors