Billets

The One I Love

Première Internationale
Voir la bande-annonce

“Witty, sophisticated and emotionally authentic” – Geoff Berkshire, VARIETY

Ethan (Mark Duplass) et Sophie (Elizabeth Moss) ne sont pas très heureux dans leur mariage, prisonniers d’une série de sessions de thérapie ne leur faisant pas grand bien. En dernier recours, leur thérapeute (Ted Danson) leur suggère qu’ils partent dans une retraite pour couple, qui offrira peut-être l’environnement propice à la relaxation et à l’introspection nécessaires afin qu’ils puissent améliorer leur relation. Ethan et Sophie acceptent l’offre et se rendent sur les lieux. Comme promis, la semaine s’entame de manière complètement inattendue et ils se retrouvent dans les bras l’un de l’autre, comme s’il y avait quelque chose de magique dans l’air. Dès la première nuit, tout semble parfait, mais le lendemain, ils font une ahurissante découverte qui catapulte leur séjour dans l’univers de l’étrange et du fantastique. Complètement accaparés par un ludique et impossible jeu d’introspection se présentant soudainement à eux, ils découvrent qu’il y a plus que l’intégrité de leur couple qui s’y trouve menacée…

Premier film de Charlie McDowell, THE ONE I LOVE est un mélodrame de science-fiction d’une intelligence vivifiante, joué par d’excellents acteurs de renom, placés ici en face-à-face impitoyable : Mark Duplass, vétéran du cinéma dit « mumblecore », et Elizabeth Moss, reine du petit écran notamment vue dans MAD MEN. Une comédie romantique en huis clos des plus inattendues, ce long métrage démontre d’ailleurs l’affection particulière que Mark Duplass entretient pour les scénarios conceptuels et surprenants, qu’on pense à SAFETY NOT GUARANTEED ou CREEP (ce dernier titre est également présenté lors de cette édition). Et comme dans ceux-ci, les détails devront être gardés à un minimum. Ceci dit, le scénario de Justin Lader (d’à peine 50 pages!) offre à Duplass et Moss une grande liberté d’improvisation et les deux livrent avec ce matériel deux performances incroyables, rivalisant à elles seules l’excellent concept de science-fiction propulsant le tout. Un film vif, charmant et tordu, il s’agit d’une déconstruction du couple brutale d’honnêteté, citant à la fois THE TWILIGHT ZONE et WHO’S AFRAID OF VIRGINIA WOOLF?. Si vous aimez votre science-fiction lorsqu’elle est ingénieuse et touchante, THE ONE I LOVE est pour vous!

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors