Billets

The Creep Behind the Camera

Première Nord-Américaine
Voir la bande-annonce
Sélection officielle, Festival de films Imagine, Amsterdam, 2014

Une créature monstrueuse hante les rues de Los Angeles. Elle ne sort qu’une fois la nuit tombée et s’en prend aux jeunes filles innocentes ayant le malheur de croiser sa route. On la rencontre habituellement dans les bars, où elle étanche sa soif insatiable d’alcool et de narcotiques. Avide de gloire et de fortune, elle est animée par une rage démentielle qui anéantira quiconque l’empêchera de devenir l’être le plus puissant d’Hollywood! Certains appellent ce démon A. J. Nelson, mais il est mieux connu sous le nom de Vic Savage. Voici son histoire…

En 1964, un film intitulé THE CREEPING TERROR prend l’affiche et laisse ses spectateurs béats. Réalisé avec un budget microscopique, pour ne pas dire inexistant, il raconte l’arrivée rocambolesque sur Terre d’un extra-terrestre peu convaincant. Ce long métrage excentrique est rapidement qualifié de pire film de tous les temps, un statut qui lui permettra une entrée remarquée dans le panthéon de MTS3K lors d’un inoubliable épisode. Or, la saga derrière le tournage de THE CREEPING TERROR s’avère tout aussi spectaculaire que le résultat final. Vic Savage, tout comme Ed Wood, est parti à un jeune âge à la conquête d’Hollywood. Escroc décadent au tempérament dangereux, il a su imaginer maintes magouilles afin de convaincre un honnête producteur d’investir dans ce qu’il promettait d’être le plus grand film de monstre jamais fait. Le budget allant principalement dans les femmes et la drogue, Savage s’est vu obligé d’inventer d’autres mensonges pour mener son équipe dans un bateau qui fonçait à toute vitesse vers un iceberg.

Portrait désastreux d’un artiste sans talent aux ambitions démesurées, THE CREEP BEHIND THE CAMERA de Pete Schuermann rend un vibrant hommage à un chapitre peu glorieux de l’histoire du cinéma de genre. Personne n’aurait pu imaginer une antithèse aussi radicale du rêve hollywoodien. En effet, la production de THE CREEPING TERROR est une succession d’événements sans queue ni tête orchestrée par un cinglé au regard séducteur. Dans ce rôle, Josh Phillips donne une performance plus grande que nature en devenant littéralement son personnage. Cet échec catastrophique est également raconté par ceux l’ayant vécu puisque Schuermann incorpore à sa biographie des entrevues avec les malchanceux qui ont fréquenté Savage. Truffé d’anecdotes ahurissantes, ce récit chaotique est une incursion aussi drôle que terrifiante dans la folie d’un homme autodestructeur. La légende de Vic Savage méritait son propre film. Voilà qui est chose faite!

— Simon Laperrière

Sponsors
Sponsors