Billets

Black Mountain Side ("Black Mountain Side")

Première Mondiale
  • Canada
  • 2014
  • 99 mins
  • DCP
  • Anglais
Voir la bande-annonce
En présence de l’acteur Shane Twerdun, le producteur Cameron Tremblay et scénariste/réalisateur Nick Szostakiwsky

Une équipe de chercheurs explore une région sauvage et isolée du Canada et y découvre dans la neige une structure de pierre où sont gravés d’archaïques et indéchiffrables caractères. Les choses se gâtent dès que Myles (Shane Twerdun), Peter (Michael Dickson), Francis (Carl Toftfelt), Robert (Marc Anthony Williams) et le docteur Anders (Andrew Moxham) essaient d’en savoir davantage sur la provenance de l’énigmatique construction. Les étendues reculées et sauvages catalysent aussitôt une terreur qui fait froid dans le dos, alors même que les accompagnateurs locaux s’évanouissent dans la nature, que la radio a des ratés et qu’un mal violent commence à se propager parmi ceux qui restent. C’est en creusant autour de la structure étrange qu’ils ont libéré un ancien virus, croient-ils, et ils réalisent qu’ils sont terriblement mal équipés pour enrayer une contagion… La méfiance fait son apparition, puis la paranoïa, jusqu’à ce que les membres de l’équipe s’en prennent les uns aux autres. Ils sont incités à la violence par des visions d’une silhouette rôdant à l’orée de la forêt. Est-ce réel ou est-ce une hallucination due à la fièvre et à l’insomnie? Peu importe ce qu’ils ont accidentellement réveillé, il devient vite manifeste que c’est une puissance que jamais ils ne pourront comprendre.

Marchant dans les traces de classiques tels que THE THING et THE SHINING, BLACK MOUNTAIN SIDE exploite à merveille le filon enneigé, jetant sur ses héros à moitié fous un silencieux sortilège de claustrophobie. Originaire de Calgary, le réalisateur Nick Szostakiwsky partage la fascination de Kubrick pour la « terreur existentielle ». Celle-ci s’immisce en arrière-plan tandis que les chercheurs sont aux prises avec des phénomènes inexpliqués de plus en plus bizarres, reliés apparemment aux caractères gravés dans la pierre. Shane Twerdun nous livre une performance pleine de retenue – du moins au commencement. Les relations se détériorent, hélas, et ces hommes de science perdent la raison (et parfois un morceau de leur corps) pour avoir voulu expliquer l’inexplicable, même au péril de leur vie. Un scénario bien ficelé, une distribution entièrement masculine et un premier long métrage tourné dans l’inquiétante chaîne Monashee de la Colombie-Britannique : Szostakiwsky réussit là un pari ambitieux. BLACK MOUNTAIN SIDE est une histoire d’horreur canadienne à glacer le sang – pire que de passer un Noël au Yukon!

— Paul Corupe

Sponsors
Sponsors