Billets

Big Bad Wolves

Première Canadienne
  • Israël
  • 2013
  • 110 mins
  • DCP
  • Hébreu
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle, Festival du film de Tribeca 2013
Sélection officielle, Stanley Film Festival 2013

“Grippingly suspenseful… fiendishly clever… mesmerizing from start to finish” – Frank Scheck, HOLLYWOOD REPORTER

“A unique and dark and disturbingly left-field film well worth attention” – Mark Adams, SCREEN INTERNATIONAL

Une jeune fille se perd dans les bois. Elle est vite retrouvée, morte à souhait et sans sa tête, dernière victime d'une série de terribles meurtres d'enfants qui tourmente la ville. Un policier maussade et justicier à ses heures nommé Miki (Lior Ashkenazi) est certain de connaître le responsable et celui qui-sent-le-coupable-à-plein-nez, c’est Dror (Rotem Keinan), le mésadapté social et timide professeur d’école. Le flic se paie deux casseurs de jambes pour lui flanquer une royale raclée dans l’espoir d’avoir une confession de sa part, mais son plan se retourne contre lui de façon spectaculaire lorsqu’une vidéo de cet ultime exemple de brutalité policière ciblée se propage à travers Israël de façon virale, lui coûtant son boulot. Maintenant, tous les coups sont permis.

Le marketing officiel la décrivant comme « une comédie brutale pour le monde fou, fou, fou, fou' », cette bizarre et furieuse histoire de vengeance repousse les limites du genre et est un des meilleurs films que vous verrez de toute l'année. Le synopsis ci-dessus ayant été écrit avec soin pour dévoiler le moins possible les sombres rebondissements du film, soyez prévenus qu'il éclot en quelque chose de très différent de ce que vous avez possiblement imaginé. Réalisé intelligemment avec un style qui marque au fer rouge et un humour plus noir que noir, BIG BAD WOLVES choque, surprend, dérange et provoque comme peu de films le font, tout en étant un thriller incroyablement captivant. Avec seulement ce deuxième film à leur actif, le premier étant RABIES, un favori de Fantasia en 2011, les coréalisateurs Aharon Keshales et Navot Papushado ont aiguisé leur talent jusqu’à une perfection abrasive. La sophistication, l’audace et la force d'exécution étalées ici les annoncent comme certains des plus grands talents du monde du cinéma, plusieurs les déclarant comme les frères Coen d’Israël - avec quelques touches des débuts de Park Chan-wook et de Brian De Palma! Pas surprenant que le film ait été plébiscité cette année au festival Tribeca, où il a laissé les spectateurs estomaqués.

BIG BAD WOLVES s’amuse avec le spectateur dès les premières images, chaque réplique, plan, mouvement et coupe étant calculé avec un enthousiasme qui vous fait prendre conscience que vous êtes entre les mains de gens qui aiment profondément le cinéma. Un exercice malicieusement captivant de tension et de violence parsemé de mines explosives d’allégorie politique, crépitant de surexcitation, BIG BAD WOLVES, c’est voir un brillant duo de cinéastes au sommet de leur art. À couper le souffle.

Fantasia 2013 - Big Bad Wolves from Fantasia Film Festival on Vimeo.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors