Billets

Commando: A One Man Army

Première Internationale
  • Inde
  • 2013
  • 124 mins
  • DCP
  • Hindou
  • Anglais (sous-titres)

Karan est abandonné aux mains des forces chinoises par son gouvernement. Pendant plusieurs mois, il subit des tortures inhumaines. Cependant, Karan n'est pas un soldat comme les autres, c’est un commando, la crème de la crème. Lors de son transport vers son exécution, il réussit à s'échapper et à fuir la Chine vers sa base à Pathankot. Alors qu'il se rend à Himachal pour traverser la frontière, il tombe sur Simrit, une jeune femme qui cherche désespérément à échapper aux hommes d’Amrit. Ce dernier, un criminel notoire, veut la marier pour augmenter son emprise sur la ville. Le commando les avertit de la laisser tranquille, mais ils ne l'écoutent pas, déclenchant la fureur de Karan. Une fois sa colère terminée, il réalise à quel point il a envenimé la situation pour Simirt et il accepte de l'escorter de l'autre côté de la frontière. Humilié, Amrit jure aux habitants du village qu'il aura sa vengeance. Commence alors un jeu du chat et de la souris entre Amrit et Karan dans la forêt de Himachal…

Si on prenait FIRST BLOOD et qu'on remplaçait Sylvester Stallone par Tony Jaa, on serait près de ce à quoi peut ressembler COMMANDO: A ONE MAN ARMY. Dilip Ghosh nous replonge dans ce qui a longtemps été le pain et le beurre du cinéma étasunien, de bons et simples films d’action. Sans chercher à réinventer la roue, il nous offre 2 heures de pur délire cinématographique avec un acteur hyper charismatique et extrêmement talentueux. Vidyut Jamwal est une véritable étoile montante en Asie. De ses débuts percutants avec FORCE (2011) à sa prestation remarquable dans THUPPAKKI (2012), il n'a cessé de nous épater. Cette fois, par contre, il se surpasse! Les scènes de combat très bien chorégraphiées et les nombreuses cascades à couper le souffle nous rappellent les belles années de Jackie Chan. L’abondance de répliques savoureuses de notre héros et les vilains beaucoup trop méchants nous remémorent quant à eux certains classiques hollywoodiens des années 80. Sans jamais se prendre au sérieux, COMMANDO: A ONE MAN ARMY nous prouve que le cinéma d'action indien peut facilement rivaliser avec ses confrères asiatiques.

Fantasia a toujours été une plaque tournante pour les acteurs asiatiques. Au cours des 17 dernières années, nous avons pu vous faire découvrir plusieurs vedettes d’action telles que Jet Li et Byung-hun Lee, et ce, bien avant qu'ils n’explosent aux États-Unis. Cette année ne fait pas exception puisque nous pouvons vous garantir que Vidyut Jamwal saura trouver sa place parmi les grands du cinéma d'action.

— Éric S. Boisvert

Sponsors
Sponsors