Billets

Antisocial

Première Mondiale
  • Canada
  • 2013
  • 90 mins
  • DCP
  • Anglais

Cinq universitaires se réunissent le soir du réveillon du Nouvel An pour ce qui promet d’être une fête intime entre amis proches. Cependant, alors qu’ils échangent des invitations et des photos sur les médias sociaux, ils apprennent rapidement qu’un éclat de violence aux proportions épidémiques s’est emparé de la planète. Confinés à la maison, les nouvelles télévisées et leurs divers gadgets électroniques deviennent leurs seules fenêtres vers le monde extérieur et l’atmosphère tourne aigre et paranoïaque, tandis que des symptômes tels que des saignements de nez apparaissent. À quelle vitesse l’infection se répand-elle? À qui peuvent-ils faire confiance? Est-ce même réel? Avisés de rester à l’intérieur, le groupe commence à halluciner tandis que le monde extérieur s’engouffre dans le chaos à une vitesse affolante. La cause de l’épidémie se révèlera avoir de plus sombres implications que ce qu’ils auraient pu concevoir, et il en sera de même pour nous, un public pour qui un tel scénario fut pourtant servi mainte et mainte fois.

Le réalisateur, producteur et scénariste Cody Calahan et le co-scénariste et co-producteur Chad Archibald, tous deux impliqués dans des favoris de Fantasia tels que NEVERLOST (2010) et MONSTER BRAWL (2011), sont de retour avec un autre film diaboliquement intelligent qui, bien qu’il semble familier d’emblée, s’avère être l’un des films d’horreur canadiens les plus surprenants depuis un moment. Conceptuellement riche, économique mais bien ficelé, ANTISOCIAL est en partie un film de science-fiction d’anticipation, se voulant d’autre part un bon vieux film d’horreur gore dont l’action est confinée dans une maison où l’on retrouve une atmosphère à faire dresser les cheveux sur la tête et des surprises à tous les détours, et ce malgré une distribution limitée à 5 interprètes et un budget modeste.

En dire trop sur ce huis clos « nouvelle génération » serait vous rendre un mauvais service, la plupart des plaisirs d’ANTISOCIAL découlant de son trop-plein de bonnes idées. Voici un film qui s’amuse avec les attentes inhérentes au genre et qui adapte des concepts familiers au paradigme surmédiatisé dans lequel nous évoluons. Calahan et Archibald offrent un film d’horreur révisionniste mordant et tortueux pour la génération 2.0 qui vous fera spéculer jusqu’à la toute fin, mais qui ne s’essoufflera pas en vous révélant ses mystères. Surprenant, efficace et inventif, ANTISOCIAL est peut-être le hit canadien insoupçonné de l’année, un film qui vous fera penser à ses implications bien longtemps après l’avoir vu, et dont le concept est si bon qu’il risque d’être exploré à nouveau dans le futur.

Fantasia 2013 - Antisocial from Fantasia Film Festival on Vimeo.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors