Billets

Errors of the Human Body

Première Mondiale
En présence du réalisateur Eron Sheean, de l'acteur Michael Eklund, et du producteur Darryn Welch

Suivant le divorce de sa femme et le décès de son fils aux prises avec une mutation génétique rare, le généticien canadien Geoff Burton déménage dans l’austère paysage hivernal de Dresden en Allemagne pour y travailler sur un nouveau projet révolutionnaire, une clé potentielle à sa rédemption. Faisant équipe avec son ancienne collègue et stagiaire Rebekka, il commence à travailler sur un gène humain régénérateur diamétralement lié à sa tragédie personnelle. Cependant, le tout s’annonce difficile : des collègues jaloux sont froissés, de vieilles flammes sont rallumées et ses démons personnels reviennent le hanter dans ce nouvel et oppressant environnement de travail. Tourmenté par le souvenir de sa femme et de ne pas avoir pu sauver son fils, Burton se trouve dangereusement proche d’une découverte majeure, mais rapidement, tout dérape hors de son contrôle. Sa carrière et sa vie intime s’effondrent dans le tunnel sombre de la génétique compétitive, des fantasmes de toutes sortes et du potentiel terrifiant d’une dangereuse découverte. Burton est littéralement l’étranger en terre étrangère. La question demeure : jusqu’à où ira-t-il pour réparer les erreurs du passé?

Écrit et réalisé par Eron Sheean, scénariste de THE DIVIDE (Fantasia 2011), ERRORS OF THE HUMAN BODY est un regard dérangeant et stylistiquement audacieux sur les horreurs humaines et éthiques de la génétique moderne, oscillant avec ambiguïté entre la science pure et l’effroyable science-fiction. Entièrement tourné en Allemagne à l'Institut Max Planck de biologie cellulaire moléculaire et de génétique, ce premier long métrage de Sheean est un exploit tant atmosphérique que mélancolique, transposant le spectateur dans un monde froid et d’un réalisme saisissant, qui rappellera hautement SPLICE (2009), bien qu’à milles lieues de ce dernier au niveau du ton et des personnages. Sinistre et déconcertant, le monde impitoyable du progrès scientifique ne demeure cependant qu’un paysage impressionnant sur lequel Sheean peint une descente aux enfers personnels des plus fascinantes; un tourbillon de regrets et de désespoir au centre duquel Michael Eklund (THE DIVIDE) impressionne, aussi discret que ravagé. Karoline Herfurth (PERFUME: THE STORY OF A MURDERER) et Tomas Lemarquis (NOI THE ALBINO) volent aussi la vedette dans ce film, qui est ultimement l’une des plus belles, contemplatives et aliénantes œuvres sur le progrès scientifique depuis CRIMES OF THE FUTURE de Cronenberg. Un film indépendant évoquant de profonds dilemmes moraux et déontologies et des images d’un nihilisme à couper le souffle qui vous hanteront longtemps après que la révélation finale et déchirante ne soit révélée dans l’éprouvette.

— Ariel Esteban Cayer

Sponsors
Sponsors