Billets

The Sorcerer and the White Snake ("Bai She Chuan Shuo", "It’s Love")

Première Canadienne
Sélection officielle, Festival international du film de Venise 2011

“Breathtaking, beautiful and engagingly bonkers… super-sleek… brimming with strange and oddly wonderful moments” – Mark Adams, SCREEN DAILY

Les deux adorables serpents-gobelins Susu et QingQing, Serpent Blanc et Serpent Vert, épient le monde des mortels depuis l’inaccessible et majestueux promontoire de leur refuge montagneux. Un jour, Xu Xian, un herboriste séduisant et jovial, s’aventure trop haut dans la montagne, dangereusement près des cimes nuageuses où se cache le repaire enchanté. QingQing décide de faire fuir l’importun d’une manière sûre: elle se transforme en serpent géant! Le pauvre herboriste dégringole le flanc de montagne jusqu’à terminer sa course dans une profonde rivière avoisinante. À la fois par curiosité et par compassion, Susu intervient, plongeant et sauvant Xu Xian de la noyade grâce à un baiser sous-marin. Ce geste provoque un véritable tollé dans le clan des gobelins – Susu a transgressé un tabou immémorial, puisque ses lèvres et celles de l’herboriste se sont touchées: leurs essences vitales sont désormais confondues. Chacun porte en son cœur une part de l’autre. Peu de temps après, effectivement amoureuse, Susu descend dans le monde des mortels, afin d’y retrouver Xu Xian. QingQing l’accompagne, afin de veiller à ce que son amie ne fasse pas trop de bêtises. Hélas, QingQing elle-même s’éprend d’un jeune moine un peu naïf appelé Neng Ren. L’affaire risque de se corser, car le maître de Neng Ren, Fahai, un puissant chasseur de démons, découvrira bientôt la présence sur terre des deux serpents-gobelins…

L’histoire de Madame Serpent Blanc est une légende chinoise très ancienne, si enracinée dans la culture qu’il serait pratiquement impossible d’en dénombrer toutes ses différentes adaptations – théâtre, littérature, petit ou grand écran. L’une de ces versions était le petit bijou de 1993, GREEN SNAKE, réalisé par Tsui Hark et présenté à Fantasia en 1996; un exemple parfait du cinéma asiatique que notre festival souhaitait promouvoir: la fantaisie, l’humour boute-en-train, la romance et un kung fu magique… Maintenant, nos serpents sexys préférés sont de retour, incarnées par les ravissantes Eva Huang et Charlene Choi, alors que le rôle du têtu et stoïque moine Fahai est tenu par Jet Li. Dans ce film signé Ching Siu-Tong (à qui nous devons les formidables films de la série CHINESE GHOST STORY), on retrouve beaucoup d’autres personnalités, en particulier au sein du clan élargi des gobelins. Également connu sous le titre IT’S LOVE, THE SORCERER AND THE WHITE SNAKE est une drôle de comédie romantique dotée d’effets spéciaux d’avant-garde, qui vous enjôlera à coup sûr!

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors