Billets

Starry Starry Night ("Xing Kong")

Première Québécoise
  • Taïwan
  • 2011
  • 98 mins
  • 35mm
  • Mandarin
  • Anglais (sous-titres)

“Lin conjures up a visual feast… a flight of fancy well worth taking” – James Marsh, TWITCHFILM

“Lin’s good-looking and heartfelt film is deserving of more stars than in its title” – Melissa Leong, NATIONAL POST

Mei songe à son enfance en montagne avec ses grands-parents, ainsi qu’à la satisfaction ressentie lorsqu’elle fixait l'infini du cosmos par une belle soirée étoilée. Ça fait si longtemps... Aujourd’hui, Mei s'apprête à entrer au collège, le mariage de ses parents s'écroule et la santé de son grand-père se détériore rapidement. De plus, elle a perdu la pièce finale de son casse-tête du célèbre « La Nuit étoilée » de Van Gogh. Tous ces soucis pèsent lourd sur la jeune fille, bien que parfois, le plus bel espoir peut naître des pires situations. Elle se prend d'affection pour un écolier fraichement débarqué, un petit dur à l'attitude ténébreuse traînant toujours son carnet à croquis. Certains jours, Mei se sent au sommet du monde, alors que d'autres, au creux des abysses. Or, elle n'est jamais tout à fait seule...

Doucement surréaliste et tout simplement sublime, STARRY STARRY NIGHT est un véritable joyau cinématographique scintillant au firmament de la programmation 2012 de Fantasia. Ce film sans faille est adapté du populaire roman graphique de l'auteur-illustrateur Jimmy Liao, qui y dresse un portrait du quotidien aussi empathique qu'émouvant aux penchants oniriques. Entre des mains moins adroites que celles du talentueux jeune réalisateur Tom Lin, cette histoire d'angoisses adolescentes et d'amour de jeunesse aux moments fantaisistes aurait pu s'avérer profondément indigeste. Néanmoins, Lin calibre le rythme et le ton de façon si habile, pour ne pas dire magique, que le tout résulte en une œuvre exquise.

Ce que Lin avait initialement imaginé comme « un petit film d'art et d'essai » attira l'attention du puissant studio Huayi Brothers (basé en Chine continentale), qui offrit la chance à cette rare coproduction Taïwan/RDC de bénéficier d'un budget lui permettant plusieurs séquences d'une beauté époustouflante. Des visions féériques telles un train navigant dans un paysage nocturne de Van Gogh et des origamis d'animaux suivant les pas des protagonistes sèment l'émerveillement, alors qu’un simple coucher de soleil sur le lac offre un instant d'introspection silencieuse. Le mérite revient notamment à l‘exceptionnelle trame sonore post-rock de World’s End Girlfriend (Katsuhiko Maeda, qui a aussi créé la musique d'AIR DOLL). Cependant, au cœur de STARRY STARRY NIGHT, on retrouve la performance magistrale de Xu Jiao (CJ7) dans le rôle de Mei. Âgée de 15 ans, Xu est déjà une actrice primée et aguerrie, qui, tout comme Lin, est une étoile montante qui brillera longtemps dans les cieux du cinéma chinois.

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors