Billets

Turn Me On, Goddammit! ("Fa meg pa, for faen")

Première Québécoise
  • Norvège
  • 2011
  • 76 mins
  • 35mm
  • Norvégien
  • Anglais (sous-titres)

“A dry, sweet, dirty-minded tale” — Andrew O’ Hehir, SALON.COM

“Smart, honest, and ruthlessly funny” — Ken Eisner, GEORGIA STRAIGHT

Alma est une adolescente normale, qui traîne avec ses amies, qui trouve des moyens d’acheter de la bière et qui rêve de quitter le minuscule village où elle vit pour aller mener une vie cool à Oslo comme la grande sœur de ses copines… Et elle a un gros béguin pour un garçon des environs, Artur. Sauf que ses hormones sont déchaînées, ce qui lui donne une libido insatiable. Ayant également une imagination fertile, elle passe ses journées à avoir des fantasmes sexuels, des plus tendres aux plus étranges. N’ayant aucune chance de les réaliser avec Artur, tous deux étant terriblement timides, elle se contente de se masturber à l’aide d’une ligne érotique qu’elle appelle si souvent que le téléphoniste la connaît personnellement. Lors d’un party, Artur exprime son intérêt de façon plutôt originale. Quand elle raconte à ses amies, tout naturellement, qu’il lui a « donné un coup de bite » et que ce dernier est interrogé à ce sujet, il le nie fermement. À cause de la jalousie de ses fausses amies, elle devient Alma-la-bite, la paria de l’école. Ça se gâte plus encore lorsque sa mère reçoit une facture téléphonique outrageusement élevée et qu’Alma se fait prendre en train de voler une revue porno. Les choses peuvent-elles s’améliorer quand tu vis dans une ville merdique, que même ta meilleure amie t’évite comme la peste et que ta mère ne sait plus quoi faire avec toi?

Chaque année amène son lot de films dont le thème central est la sexualité obsessive des adolescents mâles, mais c’est très rare que ce sujet soit exploré avec des filles. C’est en effet si choquant pour le grand public d’être confronté au fait que les jeunes filles veulent elles aussi baiser que la présentation du film dans un cinéma d’Alabama a récemment presque été interdite (la décision a été renversée après que la controverse eut fait les manchettes internationalement). Mais nous sommes loin d’une comédie à la AMERICAN PIE. Réalisé par une femme, Jannicke Systad Jacobsen, d’après un roman d’Olaug Nilssen (aussi adapté pour le théâtre en 2007), voici finalement un film doté d’un véritable point de vue féminin, rehaussé par une franchise typiquement scandinave. TURN ME ON, GODDAMMIT! est un film sincère, charmant et sournoisement drôle, qui explore l’embarras d’être une adolescente différente, ne sachant trop comment exprimer ses sentiments et gérer cette nouvelle chose qu’on appelle « Avoir une Vie Sexuelle ».

— Stephanie Trepanier

Sponsors
Sponsors