Billets

Doomsday Book ("Nryu Myeongmang Bogoseo")

Première Canadienne
En présence du coréalisateur et coscénariste Yim Pil-sung

Sélection officielle, Festival du film asiatique de New York 2012

On a récemment observé la renaissance de l’anthologie collective, avec notamment THE THEATRE BIZARRE, QUIRKY GUYS AND GALS et LITTLE DEATHS, présentés à Fantasia 2011. On remet ça avec DOOMSDAY BOOK, une alléchante collaboration entre Yim Pil-sung, réalisateur du magnifique HANSEL & GRETEL, et Kim Jee-woon, l'homme derrière A TALE OF TWO SISTERS et A BITTERSWEET LIFE. En cette année où le monde doit prendre fin, ils posent leur regard unique sur l'apocalypse à travers trois récits parfois empreints de spiritualité, parfois teintés d'humour noir.

D'entrée de jeu, « A Brave New World » de Yim Pil-sung nous plonge au cœur d'une épidémie décuplant l'agressivité et la libido des infectés, qui prennent graduellement l'apparence de zombies. Comme tout ce chaos semble causé par du bœuf contaminé, la propagation promet d'être fulgurante au centre de la capitale du BBQ. Kim Jee-woon nous propose ensuite le poétique « The Heavenly Creature », où le guide robotisé d’un temple serait peut-être la dernière réincarnation de Buddha. Cette situation impose un délicat dilemme moral dans un monde où les machines prennent de plus en plus la place des humains, une situation que la compagnie ayant conçu l'androïde n'entend pas laisser perdurer. Finalement, Yim Pil-sung revient avec « Happy Birthday », où une fillette commande une boule de billard sur le Web pour remplacer celle qu'elle a brisée. Deux ans plus tard, sa famille et elle se préparent à l'arrivée d'un météore se déplaçant à une vitesse foudroyante en direction de la Terre. Serait-ce possible que cette commande sur Internet soit reliée à la fin imminente de l'humanité?

Mélangeant allègrement horreur, science-fiction, comédie et drame, DOOMSDAY BOOK nous ramène Kim Jee-woon et Yim Pil-sung dans une forme phénoménale, entourés d'une distribution de rêve, dont Ryoo Seung-bum (co-lauréat du Prix du meilleur acteur à Fantasia 2011), Kim Kang-woo (THE TASTE OF MONEY), Kim Gyu-ri (POONGSAN), Bae Doo-na (AIR DOLL) et même Bong Joon-ho (réalisateur de THE HOST) dans un caméo délirant. S'il y a une différence de ton marquante entre les deux films de Yim, optant pour une pertinente dénonciation de la surconsommation et l'humour vitriolique (ses bulletins d'information vous feront mourir de rire), et celui de Kim, qui propose un superbe segment philosophique au souci esthétique magistral, ils s'entendent sur un point : la principale menace pesant sur l'humanité demeure l'être humain. Mais tant qu'il y aura des œuvres de la trempe de DOOMSDAY BOOK, nous pourrons garder espoir.

— Nicolas Archambault

Sponsors
Sponsors