Billets

A Letter to Momo ("Momo e no Tegami")

Première Québécoise
  • Japon
  • 2011
  • 120 mins
  • HD
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
GAGNANT : Grand Prix, Festival international du film pour enfants de New York 2012
GAGNANT : Grand Prix platine, Future Film Festival 2012
GAGNANT : Meilleur long métrage, Anifest 2012
Sélection officielle, Festival international du film de Toronto 2011
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Sitges 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Busan 2011
Sélection officielle, Festival international du film d'animation d'Annecy 2012

“Seamless in both the storytelling and rendering... an excellent film” - Minhee Bae, THE FILM STAGE

“Manages to capture all the essence of the best Ghibli movies” - Guillem Rosset, TWITCHFILM

« Chère Momo… »

Voilà les derniers mots que le père de Momo a écrits à sa fille avant de sombrer dans les profondeurs de l'océan lors d'un accident naval. Contrainte à quitter l'atmosphère trépidante de Tokyo avec sa mère pour aller habiter la maison familiale dans un village de pêche plus que paisible, la jeune fille voit sa vie complètement chamboulée. Le dernier échange houleux qu'elle a eu avec son père la hante, tout comme cette lettre qui la suit partout. Quelques enfants du village tentent bien d'intégrer Momo à leur groupe; or, rien ne semble pouvoir la sortir de sa torpeur. Cependant, sa vie, de même que la quiétude de son nouvel environnement, s'apprête à recevoir un électrochoc insoupçonné. Les premières manifestations s'avèrent plutôt subtiles : des récoltes disparaissent, trois silhouettes furtives déambulent autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la maison et des voix se font entendre. Eh oui, trois démons un peu bêtes au talent certain pour foutre le bordel se sont mis en tête de « divertir » Momo. Qu'elle le veuille ou non...

Après 10 ans d'absence, voici le retour triomphal du réalisateur, scénariste et producteur Hiroyuki Okiura, celui qui avait pris le monde de l'animation par surprise avec son premier film, le magistral JIN-ROH. Okiura a travaillé sept ans pour façonner A LETTER TO MOMO, s'assurant les services des meilleurs animateurs du Japon pour ce projet un peu fou consistant à dessiner chaque photogramme à la main et à n'user que du minimum d'effets numériques. Le résultat mystifie par la beauté et la richesse visuelle déployée à l'écran. Une véritable œuvre d'art! Toutefois, Okiura ne s'est pas contenté d'offrir un film techniquement splendide, il a créé une histoire à la fois drôle et prenante, peuplée de personnages complexes finement développés. Le réalisme et le fantastique marchent ici main dans la main; ainsi, A LETTER TO MOMO évoque les productions marquantes des studios Ghibli et se compare avantageusement au classique familial MY NEIGHBOR TOTORO du légendaire Hayao Miyazaki. Assez rythmé et amusant pour émerveiller un jeune public, tout en abordant plusieurs thématiques suffisamment adultes pour satisfaire le cinéphile le plus exigeant, A LETTER TO MOMO ne se retrouve pas seulement parmi les œuvres d'animation les plus remarquables des dernières années, c'est l'un des meilleurs films que vous verrez en 2012.

— Nicolas Archambault

Sponsors
Sponsors