Billets

Christiane F. ("Christiane F. – Wir Kinder vom Bahnhof Zoo")

  • Allemagne
  • 1981
  • 138 mins
  • 35mm
  • Allemand
  • Anglais (sous-titres)

“The images are so powerful, the horrors so strong and the performances (by a cast of young unknowns) so utterly, bleakly, realistic... This is a movie of hell” — Roger Ebert, CHICAGO SUN-TIMES

L’histoire de Christiane F. (Christiane Felscherinow) a été révélée au grand public pour la première fois en 1978, alors que deux journalistes de la presse allemande l’interviewaient suite à son témoignage en cour contre un homme accusé d’avoir donné de l’héroïne à des filles mineures en échange de faveurs sexuelles. Elle avait 15 ans au moment de l’entrevue et la session initiale de deux heures s’est transformée en plusieurs mois d’entrevues, qui devinrent éventuellement l’autobiographie « Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… », parue en 1979. Elle était déjà célèbre à la publication de son livre, après que ces journalistes aient fait paraître une série d’articles sur elle dans le magazine Stern.

Au début de l'histoire, Christiane est une fille ordinaire de 12 ans, qui est attirée vers la vie nocturne des mineurs fréquentant la station malfamée du Zoologischer Garten de Berlin, puis devint une prostituée héroïnomane avant même son 13ème anniversaire (on a arrondi à la hausse son âge dans le film). Le livre a fait sensation autour du monde, les ventes aux Etats-Unis ayant probablement été renforcées par son étude dans plusieurs écoles dans le cadre de la campagne contre l’abus de la drogue chez les adolescents. En 1981, Uli Edel (réalisateur de LAST EXIT TO BROOKLYN et THE BAADER-MEINHOF COMPLEX) a adapté l’ouvrage au grand écran, mettant en scène un groupe d’adolescents mineurs qui n’avaient jamais joué auparavant (et qui, pour la plupart, ne répéteront pas l’expérience). Natja Brunckhorst, l’interprète du rôle principal, n’avait que 14 ans pendant le tournage — chose impensable aujourd’hui compte tenu de la sévérité du rôle. À l'insu de sa parfaitement inconsciente mère célibataire, Christiane et sa miteuse bande de jeunes de rue passent leur temps libre à la boîte de nuit Sound, où les drogues coulent à flots, où les haut-parleurs pompent du David Bowie et où l’on retrouve quotidiennement des délinquants blêmes et overdosés, sur le plancher des toilettes.

Toutefois, malgré le portrait morbide de l’abus de drogue que dépeint rudement le film (le sevrage est brutal et crasseux, la peau jeune et fraiche jaunit et se souille, les espoirs fébriles s’envolent dès que le sexe devient monnaie courante), l’histoire de Christiane F. a néanmoins inspiré une vague d’imitateurs adolescents autour du monde, qui trouvaient dans sa misère un certain romantisme. Mis à part cet effet indirect inattendu, CHRISTIANE F. demeure le film toxicomane le plus intransigeant jamais produit.

— Kier-La Janisse

Sponsors
Sponsors