Billets

Eddie: The Sleepwalking Cannibal

Première Canadienne
En présence du scénariste/réalisateur Boris Rodriguez, du producteur Michael A. Dobbin et de l'acteur Dylan Smith

“Pure fun from its first moment to its last... Has ‘future cult film’ written all over it” — Peter Gutierrez, TWITCHFILM

“The most personable flesheater since DAY OF THE DEAD’s Bub” — Michael Gingold, FANGORIA

Lars Olafssen est un peintre danois de renommée mondiale, qui n’a hélas pas réussi à pondre une œuvre créative depuis plusieurs années. Désirant s’isoler du glamour du monde artistique, il aboutit dans un bled ontarien — un trou perdu — pour devenir professeur d’art. Il y fait la rencontre de Leslie, une collègue à l’école où il travaille, et d’Eddie, le nigaud du village. Puisque la tante de ce dernier est le mécène principal de l’école d’art, Lars doit l’accepter comme élève. Comme Lars est une âme charitable, il accueille Eddie chez lui lorsque sa tante trépasse. Par contre, il se rend compte rapidement du vrai problème d’Eddie : il est un somnambule du genre cannibale. Au fur et à mesure qu’il découvre les meurtres, Lars est épris d’une inspiration créative qui lui permet de peindre de nouvelles œuvres d’arts ; ces dernières étaient attendues depuis si longtemps qu’elles se vendent comme des petits pains chauds à bon prix. De plus, cet argent est indispensable au fonctionnement même de l’école, depuis la mort de son mécène principal. Ce n’est donc pas tout à fait mal d’encourager les fringales nocturnes d’Eddie puisqu’elles nourrissent une si bonne cause… n’est-ce pas ?

Bien que le titre renvoie vers l’horreur, EDDIE est beaucoup plus centré sur l’humour noir joué sérieusement, dans le style des frères Coen, particulièrement avec son petit village hivernal et son flic déplaisant (pensez FARGO), tout en pointant du doigt la prétention du monde artistique. Ce premier long métrage du Montréalais Boris Rodriguez est une coproduction entre le Danemark et le Canada, très rare dans le cinéma de genre. Le premier rôle est tenu par Thure Lindhardt, un acteur danois chevronné, connu pour ses rôles dans FLAME & CITRON et BROTHERHOOD. Lindhardt laisse le drame de côté pour jouer le rôle d’un mec qui est à la fois un type sympathique mais déboussolé moralement et un ignoble complice, sévissant dans une atmosphère d’ironie plutôt comique. En tant que copine et partenaire dans le crime de Lars, Georgina Reilly (PONTYPOOL) impressionne alors que Dylan Smith manifeste une grande prestance en tant qu’Eddie, le nigaud silencieux (chapeau à Dylan, pour ses multiples scènes passées à poil dans la neige). Enfin, on se pose l’éternelle question: Quelles limites sommes-nous prêts à franchir pour créer le chef d’œuvre ultime ?

— Stephanie Trepanier

Sponsors
Sponsors