Billets

Lowlife

Première Mondiale
  • Canada
  • 2012
  • 100 mins
  • HD
  • Anglais
En présence du réalisateur Seth Smith

“The feel-bad hit of 2012” — VICE

“A hefty dose of horrific imagery and surrealism” — BEYOND HOLLYWOOD

Asa est un « lowlife », un raté au tempérament anarchique qui écume ses jours à coups de drogues dures. Son existence n’est qu’une longue errance entre sa maison miteuse, la ville où il réside et le lieu où il déniche les substances illicites qui lui procurent un réconfort éphémère. Musicien à ses heures, sa route croise celle d’une tromboniste nommée Elle. N’ayant nulle part où aller, la jeune fille échoue chez Asa qui lui impose son rythme de vie. Ensemble, ils se défoncent à l’aide de substances aux propriétés hallucinogènes que sécrètent des étoiles de mer. La consommation accrue de ces stupéfiants altère sournoisement la réalité des deux amants. Bientôt, le quotidien morose d’Asa et Elle bascule vers un enfer peuplé de démons malfaisants et de créatures étranges. Observés par un chien qui prétend être un dieu, ils se voient malgré eux prisonniers d’un sinistre complot qui les mènera vers une île mystérieuse. Les choses deviennent alors de plus en plus bizarres, mais vous n’avez aucune idée à quel point…

Comme à chaque année, la nouvelle édition 2012 du Festival Fantasia sera riche en moments de pure étrangeté qui vous laisseront complètement béat. Par contre, aucun d’entre eux ne réussira à égaler l’expérience psychédélique que sera LOWLIFE du Canadien Seth Smith. Ce premier film en noir et blanc s’avère similaire à une excursion nocturne dans un univers parallèle où tout obéit à la logique de l’illogique. Œuvre labyrinthique arrachée au chaos, LOWLIFE s’inspire des pires délires narcotiques pour donner vie à une imagerie hors norme qui rappelle celle d’ERASERHEAD. Smith suit également l’exemple de David Lynch en détruisant les codes et règles du cinéma narratif. La linéarité est passée dans le broyeur pour devenir un récit fragmentaire capable de provoquer des hallucinations collectives. Une philosophie profondément nihiliste guide ce poème intoxiqué. Il n’existe aucune échappatoire dans le monde cruel dépeint par Smith, même dans les paradis artificiels. L’esprit de Burroughs n’est donc jamais bien loin, tout comme celui de Cronenberg que l’on reconnaît grâce à cette fascination quasi-érotique qu’éprouvent les protagonistes pour les corps monstrueux. LOWLIFE est le dernier-né d’une importante vague de films d’horreur produits et réalisés à Halifax, qui inclut HOBO WITH A SHOTGUN, THE CORRIDOR et plusieurs autres. Cependant, il se démarque drastiquement de ses derniers en se revendiquant du mouvement surréaliste ressuscité pour l’occasion. Lors de sa projection, la nuit tombera du ciel.

— Simon Laperrière

Sponsors
Sponsors