Billets

My Amityville Horror

Première Mondiale
En présence du réalisateur Eric Walter et du producteur Andrea Adams

Le 13 novembre 1974, la maison située au 112 avenue Ocean à Amityville dans l’état de New York devint un endroit craint par la population locale lorsque Ronald DeFeo, âgé de 23 ans, tua sa famille entière dans de très étranges circonstances. En septembre 1977, elle devint un endroit craint par le monde entier lorsque le livre « The Amityville Horror » de Jay Anson fut publié (plus tard adapté en une populaire série de films), garantissant à ladite maison une notoriété internationale et une place instantanée dans les livres d’histoire de l’occulte. Et ce, non seulement à cause des meurtres commis par DeFeo, mais parce qu’il racontait l’histoire de la prochaine famille qui vécut sur les lieux, un an après le massacre. En 1975, les Lutz y vécurent pour un total de 28 jours avant de s’enfuir, terrorisés, victimes de phénomènes paranormaux qui les poussèrent vers la folie et à craindre pour leur vie. Un cirque médiatique s’entama alors, pour ne jamais réellement s’arrêter. Jusqu’à leur toute récente mort, George et Kathy Lutz ne sont jamais revenus sur leur version des faits. Daniel Lutz n’était âgé que de 10 ans lorsque sa famille est littéralement allée en enfer. En 35 ans, il n’a jamais raconté son expérience publiquement. Ceci est son histoire, en ses mots.

Émotionnel, éclairant et à vous glacer le sang, MY AMITYVILLE HORROR est le résultat de 10 ans de recherches intensives, d’entrevues et détermination. Le réalisateur Eric Walter réussit l’impossible, c'est-à-dire à mettre en lumière le cas d’hantise sans doute le plus connu à travers le monde. Les divers souvenirs de Daniel quant à ses expériences paranormales sont vifs et lucides, ses témoignages détaillés et terrifiants. En plus de ses commentaires, on retrouve des réflexions de sources extérieures, incluant les témoignages d’un psychologue et d’un reporter ayant fait la couverture des évènements à l’époque, en plus de celui de Lorraine Warren, co-fondatrice de la Société de Recherche Psychique de Nouvelle-Angleterre, qui mena une séance très publicisée dans la maison d’Amityville. Elle a déjà dit que la maison contenait « plus de mal » qu’elle n’avait jamais rencontré dans un lieu unique. En plus d’être un film sur l’occulte et le paranormal (supporté de sinistres documents photographiques), il documente également les terribles méfaits qu’une couverture médiatique excessive peut avoir sur une famille. Quels que soient vos sentiments face au surnaturel, ce film vous hantera.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors