Billets

Graceland

Première Canadienne
En présence du réalisateur/scénariste Ron Morales et plus.

Sélection officielle, Festival du film de Tribeca 2012
Deuxième place du Prix du public - Narrative: Festival du film de Tribeca

“Uncompromisingly intense... vigorously breathless” — Matt Barone, COMPLEX POP CULTURE

Marlon est depuis longtemps le chauffeur de la bien nantie famille Chango. Sa femme se meurt dans une chambre d’hôpital décrépite. Manuel, son patron, est un politicien bien connu, qui vient de se faire prendre dans un scandale sexuel plutôt choquant. Le chauffeur étant impliqué dans le tumulte susmentionné, il perd son emploi. Comme si ce n’était pas déjà assez, sa fille se fait enlever sous ses yeux horrifiés et impuissants, le kidnappeur étant armé. S’il veut revoir sa progéniture en vie, Marlon devra mentir à la police afin que son ex-patron accepte de payer l’onéreuse rançon. Cependant, cet intense tourbillon de crimes ira bien au-delà de l’habituel gain financier. Le but réel des ravisseurs est plutôt la vengeance, et ce, peu importe le degré de violence et de déviance requis. Ils ne s’arrêteront que lorsque le coupable sera sévèrement puni. Or, le nuage noir qui surplombe ce pauvre Marlon ne semble jamais vraiment se dissiper; il ne fait que grossir, finit-on par constater.

Adultère. Pédophilie. Meurtre. Prostitution. Pauvreté. Trafic d’organes. Corruption... Avec des thèmes aussi lourds, ce film philippin ne peut être que bouleversant. C’est un drame tendu et puissant, où la vie ne vaut pas grand chose, la moralité est un concept pour plusieurs, les menteurs nombreux et les représailles salvatrices. Au cœur du film, on retrouve une paire d’hommes brisés, fermement interprétée par Arnold Reyes (Marlon, désemparé) et Menggie Cobarrubias (Manuel, s’écroulant petit à petit), s’opposant au brillant Dido De La Paz, qui incarne le flic bourru chargé de cette affaire d’enlèvement pas très nette. Avec son approche HD de type naturaliste (tout près du Dogme et pas très loin du BABEL d’Alejandro González Iñárritu), Ron Morales ― réalisateur primé de SANTA MESA (avec Melissa Leo, vue l’an dernier dans RED STATE) ― met le spectateur juste à côté de ses protagonistes, afin qu’ils soient les témoins privilégiés de tous les poignants événements, se succédant dans ce récit aussi efficace qu’imprévisible. Comme si c’était la version mélodramatique de FARGO telle que vue par un Chan-wook Park en mode THE USUAL SUSPECTS. Tristesse, désespoir et colère forment un trio de choc dans ce qui pourrait bien être le plus percutant drame criminel de l’année. Cœurs sensibles s’abstenir.

— Kristof G.

Sponsors
Sponsors