Billets

Easton’s Article

Première Internationale
En présence du réalisateur Tim Connery et de la productrice Lisa Nachtman.

Sélection officielle, Festival du film de Seattle 2012

“Makes the most of its limited budget by packing it full of big ideas" — SEATTLE INTERNATIONAL FILM FESTIVAL

Nous sommes en 1997. À l’aube du nouveau millénaire, des pionniers en quête de fortune explorent de fond en comble un territoire sauvage récemment découvert. Invisible, celui-ci a la particularité de n’apparaître sur aucune carte. Pour y accéder, il suffit d’activer son ordinateur. Baptisé « Internet », ce pays virtuel regorge de mystères n’attendant qu’à être débusqués. L’informaticien Easton Dunning est récemment tombé sur l’un d’entre eux. Alors qu’il croyait que le Web ne pouvait plus rien lui cacher, une découverte l’alarme et le consterne. À un point tel qu’il décide d’entreprendre une enquête le poussant à retrouver un passé qu’il a longtemps abandonné. Il prend alors la route vers sa ville natale où il renoue avec Hayley, son ex-conjointe. Étant la seule personne en qui il a confiance, Easton lui dévoile l’étrange raison derrière son retour au bercail. Une nuit, un avertissement provenant du futur a traversé temps, circuits et réseaux pour aboutir jusqu’à lui. Prenant la forme d’un avis de décès, elle annonce la mort d’Easton dans des circonstances mystérieuses. La date imprimée sur l’article approchant à grands pas, Easton et Hayley vont tout faire pour contrecarrer l’inévitable. Une haletante course contre la montre commence.

Quelque chose se cache sous la neige dans EASTON’S ARTICLE. Non pas une créature monstrueuse, mais plutôt des souvenirs enfouis qu’un événement improbable fait rejaillir à la surface. Bien qu’il se revendique du cinéma fantastique, le premier long métrage de Tim Connery est aussi un drame hivernal faisant sensiblement écho à THE SWEET HEREAFTER d’Atom Egoyan. Le réalisateur met de l’avant les rapports conflictuels entre ses personnages, faisant ainsi preuve d’une fine compréhension de la complexité humaine. Ses protagonistes s’avèrent campés par des acteurs de haut calibre, tout particulièrement Chad Mayer qui, dans le rôle-titre, donne une performance nuancée au naturel exemplaire. En centrant son action à l’ère des débuts d’Internet, EASTON’S ARTICLE regorge également de références à l’informatique d’antan qui plairont sans aucun doute aux technophiles ainsi qu’aux admirateurs de PRIMER de Shane Carruth. Mais d’abord et avant tout, il s’agit d’un suspense d’une rare efficacité, d’un film à l’aura de mystère si prenante qu’elle garde en haleine jusqu’à la troublante résolution. Plus Easton et Hayley se rapprochent de la vérité, plus vous serez captivés par un récit riche en surprises et émotions. Fruit de labeur et de passion, cette œuvre poignante promet, contrairement à Easton, un bel avenir au cinéaste Tim Connery.

— Simon Laperrière

Sponsors
Sponsors