Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Evil: In the Time of Heroes

Voir la bande-annonce

Visitez le site Internet

Evil: In the Time of Heroes

(To kako - Stin epohi ton iroon)

Première nord américaine

  • Grèce 2009
  • 88 min
  • 35mm
  • Grec (Sous-titres Anglais)
Official Selection, Athens International Film Festival 2009
Official Selection, Brussels International Fantastic Film Festival 2010
Official Selection, Germany's Weekend of Fear, 2010

À l'affiche

Billets


“Bounteously hands out squirts and bangs, and cuts and slashes, guts and blood by the gallon and all else expected of a zombie-flick” — Joseph Proimakis, QUIET EARTH

Équipe de production

Réalisation: Yorgos Noussias
Scénario: Claudio Bolivar, Petros Noussias, Yorgos Noussias
Interprètes: Billy Zane, Argiris Thanasoulas, Meletis Georgiadis, Andreas Kontopoulos, Pepi Moschovakou
Production: Louizos Aslanidis, Claudio Bolivar, Petros Nousias, Yorgas Noussias
Origine de la copie: Ekso Productions

Marc-de-Foy

Description

Le mal ne disparaît jamais complètement. Il ne peut seulement qu’être repoussé dans les coins sombres, attendant patiemment son retour dans les âges à venir. En Grèce antique, une bande de guerriers courageux boivent goulûment du vin autour d’un feu de camp, quand tout à coup, provenant de la pénombre les entourant, de cruelles goules dévoreuses de chair les attaquent. Dans la mêlée, un jeune et brave combattant est tragiquement tué. Trois millénaires (et trois jours) plus tard, dans un Athènes moderne dévasté par une épidémie inexplicable, un groupe de survivants ensanglantés – un soldat au bord de la folie, un père de famille endeuillé, une blonde dure à cuire et une adolescente timide – ne dispose que d’un court instant pour faire le deuil avant de laisser derrière eux le cinquième membre de l’équipe, l’aimable Argyris, un chauffeur de taxi obsédé par le sexe, maintenant empalé sur un tuyau. Les mêmes créatures, des humains transformés en bêtes cannibales féroces, se lancent à leur poursuite. Bizarrement, il s’agit d’Argyris qui nous raconte ce récit de terreur avec, en plus, un ton étrangement inapproprié où la bonne humeur n’est pas inconnue. Argyris l’ignore, mais les morts-vivants existent en plus d’une incarnation et il a quelque chose en commun avec ce jeune guerrier massacré il y a si longtemps…

Avec la création de EVIL en 2005, Yorgos Noussias ajouta fièrement la Grèce dans la ligue des nations ayant contribué au genre toujours aussi populaire et continuellement en expansion qu’est le film d’apocalypse zombiesque post-Romero. EVIL: IN THE TIME OF HEROES est une préquelle, ou plutôt une version révisée au financement supérieur, enrobant et prolongeant son prédécesseur tout en demeurant une entité se dévorant à part entière. On y retrouve une bonne pelletée de gore avec de nombreuses batailles sauvagement graphiques (les amateurs du genre seront tentés d’applaudir plusieurs explosions de cervelles bien servies), de l’humour noir jubilatoire fourni à un rythme féroce, des personnages irrésistiblement excentriques et des zombis, d’autres zombis et encore plus de zombis. Plus spécifiquement, le type rapide et hargneux. Cette fois-ci, Noussias et ses collaborateurs élargissent le contexte en formant un lien avec la Grèce mythique par une présence sinistre et mystérieuse incarnée par nul autre que Billy Zane (!), tout en enveloppant le résultat d’une conclusion surprenante. Bouillonnant d’une énergie électrisante et d’une inventivité névrosée, EVIL: IN THE TIME OF HEROES est un ajout de taille dans l’artère du cinéma de morts-vivants.

—Rupert Bottenberg (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.