Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Phasma Ex Machina

Voir la bande-annonce

Visitez le site Internet

Phasma Ex Machina

Première mondiale

  • ÉTATS-UNIS 2010
  • 86 min
  • HD
  • Anglais

Genre

Science Fiction / FantastiqueHorreur

À l'affiche

Billets


“A low budget genre buster that defies easy categorization into either the scifi or horror worlds while inviting comparisons to the likes of PRIMER or THE SIXTH SENSE” — AINT IT COOL

Équipe de production

Réalisation: Matt Osterman
Scénario: Matt Osterman
Interprètes: Sasha Andreev, Max Hauser, Matthew Feeney
Production: Jennifer Kramer
Origine de la copie: XYZ Films (sales agent)

Marc-de-Foy

Description

PHASMA EX MACHINA de Matt Osterman est une différente espèce d’histoire de fantômes, une histoire où les fantômes sont le symbole de la perte et du désir autant, sinon plus, que celui de la colère et de la peur. Son héros ne tente point d’exorciser ou de fuir ses fantômes, mais travaille obsessionnellement pour les ramener.

PHASMA EX MACHINA de Matt Osterman est également une différente espèce d’histoire de science-fiction, l’une où toute technologie est disponible à la boutique du coin et assemblée à la main dans un garage. La marchandise n’est aucunement lustrée et brillante, mais bien toute croche et frustrante.

Sasha Andreev incarne Cody, un jeune homme si consumé par le deuil et la culpabilité concernant la mort de ses parents qu’il sombre dans l’obsession, tentant de confectionner une machine capable de ramener l’âme de ses proches. Dans sa démarche, il bascule de plus en plus vers l’omission du fait que sa famille ne fut pas toute décimée, qu’il doit dorénavant s’occuper de son frère cadet James. Au moment où il frôle son objectif de réinstaurer le passé, il perd peu à peu son emprise sur le présent. Lorsqu’il parvient à l’atteindre, ce qu’il ramène n’est pas tout à fait ce à quoi il s’attendait.

Unique fusion entre la science-fiction et le surnaturel, PHASMA EX MACHINA incitera certainement aux comparaisons avec PRIMER et autres efforts semblales à petit budget, mais aux grandes ambitions narratives. Le principal avantage découlant de l’accroissement de la qualité entraînée par la réduction du coût des équipements vidéo de niveau professionnel est qu’il aura permis à certains réalisateurs comme Osterman de s’illustrer sur la base de leur talent plutôt que sur leur budget. C’est le genre de film qui n’aurait pu exister dans le monde des studios, une œuvre qui se base sur les personnages et l’empathie autant – sinon plus – que sur les sursauts et la peur, et Osterman se révèle être un cinéaste au talent indéniable. Grâce à une forte performance d’Andreev, son acteur principal, Osterman livre un premier film qui balance parfaitement ses neutrons et son pathos.

—Todd Brown (traduction Nicolas Archambault)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.